AmphibiaWeb - Dicamptodon ensatus
AMPHIBIAWEB
Dicamptodon ensatus
California Giant Salamander
family: Dicamptodontidae

© 2018 Heidi Rockney (1 of 94)

  hear call (6.9K MP3 file)
  hear call (2273.9K MP3 file)
 view video (12747.3K MOV file)

[sound & video details here]

Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Near Threatened (NT)
NatureServe Status Use NatureServe Explorer to see status.
CITES No CITES Listing
National Status None
Regional Status Species of Special Concern

   

 

View distribution map in BerkeleyMapper.
View Bd and Bsal data (102 records).

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Dicamptodon ensatus (Eschscholtz, 1833)
Dicamptodon de Californie

30,5 cm. Tête massive, plus grande que celle de D. tenebrosus, membres plus allongés, l’animal adulte paraissant de ce fait plus trapu et plus court. Les adultes larvaires sont nombreux dans les populations. Parties dorsales brun rougeâtre clair recouvert de marbrures couleur cuivre. Les marbrures des jeunes sont vives, couleur or, et s’atténuent en vieillissant. Le pigment noir présent à l’extrémité caudale des larves de D. tenebrosus est moins accentué. Les exemplaires du sud de la baie de San Francisco présentent plus de marbrures sur le menton et la gorge, et ont un nombre de dents maxillaires, prémaxillaires et voméro-palatines supérieur à ceux distribués au nord de la baie.

* Ruisseaux en forêts de conifères humides et leurs abords en Californie côtière du nord immédiat de la frontière sud du comté de Mendocino (région de Point Arena) jusqu’au comté de Santa Cruz au sud de la baie de San Francisco, de presque 0 à 915 m. La présence d’une population isolée plus au sud, dans le comté de Monterey, basée sur le témoignage d’un enfant, paraît hautement improbable (Wake, com. pers.). De 70 à 100 œufs observés par ponte, déposée comme les autres espèces dans des cavités profondes dans le cours des ruisseaux, et gardée par les femelles. Le développement larvaire est très long, la larve prenant environ 1 cm par mois lors des mois d’été pour atteindre environ 10 cm après un an. La plupart se transforment l’été suivant à une taille de 13-14 cm. Cette espèce, à distribution restreinte, est menacée par le développement urbain qui provoque une fragmentation de l’habitat. Localement abondant. NT. Présent dans plusieurs zones protégées. Plusieurs larves ont été observées par l’auteur dans un petit ruisseau du nord de San Francisco, à quelques mètres au-dessus du niveau de la mer, peu avant que le cours d’eau ne se jette dans le Pacifique. Les jeunes larves se tenaient plutôt sur les bords, le long des rives sous les racines et pierres, une grosse larve a été observée cachée entre de grosses pierres dans le lit principal.

Les larves sont agressives et doivent être élevées dans de très grands bacs comprenant de nombreuses pierres formant abris en eau courante, entre 6 et 18°C, ou séparément. La nourriture doit être distribuée régulièrement (vers, larves d’insectes, petits morceaux de poisson) pour éviter les agressions. AT+.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Dicamptodon ensatus (Eschscholtz, 1833)

30,5 cm. Tête massive, plus grande que celle de D. tenebrosus, membres plus allongés, l’animal adulte paraissant de ce fait plus trapu et plus court. Les adultes larvaires sont nombreux dans les populations. Parties dorsales brun rougeâtre clair recouvert de marbrures couleur cuivre. Les marbrures des jeunes sont vives, couleur or, et s’atténuent en vieillissant. Le pigment noir présent à l’extrémité caudale des larves de D.tenebrosus est moins accentué. Les exemplaires du sud de la baie de San Francisco présentent plus de marbrures sur le menton et la gorge, et ont un nombre de dents maxillaires, prémaxillaires et voméro-palatines supérieur à ceux distribués au nord de la baie. Ruisseaux en forêts de conifères humides et leurs abords en Californie côtière du nord immédiat de la frontière sud du comté de Mendocino (région de Point Arena) jusqu’au comté de Santa Cruz au sud de la baie de San Francisco, de presque 0 à 915 m. La présence d’une population isolée plus au sud, dans le comté de Monterey, basée sur le témoignage d’un enfant, paraît hautement improbable (Wake, com. pers.). De 70 à 100 œufs observés par ponte, déposée comme les autres espèces dans des cavités profondes dans le cours des ruisseaux, et gardée par les femelles. Le développement larvaire est très long, la larve prenant environ 1 cm par mois lors des mois d’été pour atteindre environ 10 cm après un an. La plupart se transforment l’été suivant à une taille de 13-14 cm. Cette espèce, à distribution restreinte, est menacée par le développement urbain qui provoque une fragmentation de l’habitat. Localement abondante. 11 285 km2. NT. Présente dans plusieurs zones protégées. Plusieurs larves ont été observées par l’auteur dans un petit ruisseau du nord de San Francisco, à quelques mètres au-dessus du niveau de la mer, peu avant que le cours d’eau ne se jette dans le Pacifique. Les jeunes larves se tenaient plutôt sur les bords, le long des rives sous les racines et pierres, une grosse larve a été observée cachée entre de grosses pierres dans le lit principal.

Les larves sont agressives et doivent être élevées dans de très grands bacs comprenant de nombreuses pierres formant abris en eau courante, entre 6 et 18 °C, ou séparément. La nourriture doit être distribuée régulièrement (vers, larves d’insectes, petits morceaux de poisson) pour éviter les agressions.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2021. <https://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 18 Jun 2021.

AmphibiaWeb's policy on data use.