AMPHIBIAWEB
Bolitoglossa pesrubra

Subgenus: Eladinea
family: Plethodontidae
subfamily: Hemidactyliinae

© 2014 Dr. Joachim Nerz (1 of 32)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Vulnerable (VU)
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Bolitoglossa (Eladinea) pesrubra (Taylor, 1952)
Bolitoglosse à membres rouges

Espèce il y a peu encore très commune qui diffère notamment de B. subpalmata par un nombre de dents maxillaires moins important et une queue plus courte (un peu moins de la moitié de la longueur totale) ainsi que par la distribution, au sud de B. subpalmata. Les deux espèces sont totalement allopatriques. 5,7 cm (M), 6,7 cm SVL (F) (13,1 cm). Parties dorsales très variables : gris clair uniforme à noir ou brun, brun ou noir finement moucheté de gris blanc formant un aspect métallique, avec souvent des zones rouges à rosâtres, parfois une large région dorsale rouge brique à jaune. Dessus des membres souvent rose à rouge orangé. Ventre brun avec des taches plus sombres ou uniformément noir avec une moucheture blanche.

* Forêts humides de montagne jusqu’à la zone subalpine (zones sèches de paramos) de la Cordillera de Talamanca, y compris le Fila Cedral, de 1 870 à 3 620 m, Costa Rica. Bien étudié par Vial (1968) et par Houck (1982) pour sa reproduction, sous le nom subpalmata. Actif toute l’année, nocturne, entre 0 et 20°C, encore actif au-dessous de 4 °C. Souvent dans les broméliacées le jour à moyenne altitude, terrestre à haute altitude. Sédentaire, se nourrit d’arthropodes. 13 à 38 œufs par ponte déposés sous des pierres ou écorces à haute altitude, parfois dans les broméliacées ou à l’intérieur des feuilles à plus basse altitude, gardés par une femelle, parfois par un mâle, pendant toute la durée du développement. Les œufs sont retournés régulièrement par l’adulte, à l’aide des membres et de la queue. Les œufs non gardés ne se développent pas. Le jeune éclot après 4 à 5 mois et mesure 1,1 cm à l’éclosion. Longévité estimée à 18 ans. EN. Des densités considérables avaient été enregistrées (près de 10.000 à l’hectare à haute altitude), mais déclin très sévère constaté depuis peu. Certaines populations ont disparu à 90 % (Cerro de la Muerte). Supporte les habitats dégradés (bords de routes, détritus). Déclin inexpliqué dans les zones bien conservées, lié à d’autres causes que la disparition de l’habitat. Présent dans plusieurs zones protégées (parcs nationaux Chirripo et Tapanti, réserve de Cerro las Vueltas). Venimeux, des serpents (Thamnophis) ont semblé incommodés en l’ingérant.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Bolitoglossa (Eladinea) pesrubra (Taylor, 1952)

Espèce il y a peu encore très commune qui diffère notamment de B. subpalmata par un nombre de dents maxillaires moins important et une queue plus courte (un peu moins de la moitié de la longueur totale) ainsi que par la distribution au sud de B. subpalmata (Cordillera de Talamanca). Les deux formes sont totalement allopatriques. 6,7 cm SVL (13,1 cm). Parties dorsales très variables: gris clair uniforme à noir ou brun, brun ou noir finement moucheté de gris blanc formant un aspect métallique, avec souvent des zones rouges à rosâtres, parfois une large région dorsale rouge brique à jaune. Dessus des membres souvent rose à rouge orangé. Ventre brun avec des taches plus sombres ou uniformément noir avec une moucheture blanche. Forêts humides de montagne jusqu’à la zone sub-alpine de la Cordillera de Talamanca, y compris le Fila Cedral, de 1 870 à 3 620 m, Costa Rica. Bien étudiée par Vial (1967) sous l’appellation de B. subpalmata. Active toute l’année, nocturne, entre 0 et 20 °C, encore active au-dessous de 4°C. Souvent dans les broméliacées le jour à moyenne altitude, terrestre à haute altitude. Sédentaire, se nourrit d’arthropodes. 13à 38 œufs par ponte déposés sous des pierres ou écorces à haute altitude, parfois dans les broméliacées ou à l’intérieur des feuilles à plus basse altitude, gardés par une femelle, parfois par un mâle. Les œufs sont retournés régulièrement par l’adulte, à l’aide des membres et de la queue. Les œufs non gardés ne se développent pas. Le jeune éclot après 4 à 5 mois et mesure 1,1 cm à l’éclosion. Longévité estimée à 18 ans. 1 299 km2. EN. Des densités considérables avaient été enregistrées (près de 10 000 à l’hectare à haute altitude), mais déclin très sévère constaté depuis peu. Certaines populations ont disparu à 90 %. Supporte les habitats dégradés. Déclin inexpliqué dans les zones bien conservées, lié à d’autres causes que la disparition de l’habitat. Venimeuse, des serpents (Thamnophis) ont semblé incommodés en l’ingérant.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 24 Sep 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.