AMPHIBIAWEB
Bolitoglossa mexicana
Mexican Mushroom tongue Salamander, Mexican Mushroom-Tonged Salamander, Galliwasp, Black-and-Gold Salamander, Mexican Climbing Salamander, Spanish - Salamanquesa
Subgenus: Bolitoglossa
family: Plethodontidae
subfamily: Hemidactyliinae

© 2014 Dr. Joachim Nerz (1 of 40)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Least Concern (LC)
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Bolitoglossa (Bolitoglossa) mexicana Duméril, Bibron & Duméril, 1854
Bolitoglosse de Duméril

8,2 cm SVL (F du Honduras), en général jusqu'à 7,2 cm SVL (F) (15,5 cm). Aspect élancé, membres fins et assez courts, tête petite pour le groupe, protubérances nasolabiales développées, très prononcées chez le mâle, avec les dents prémaxillaires faisant saillie chez le mâle. Glande mentonnière plus ou moins visible chez le mâle. Œil modéré. Doigts et orteils presque intégralement palmés. Queue assez longue, légèrement comprimée à la base, arrondie sur sa moitié inférieure, environ de la taille du reste du corps. Coloration très variable, mais toujours présence d'une large bande dorsale comme chez la plupart des membres du groupe. La bande, qui s’étend de l’arrière du museau, œil non compris, à l’extrémité de la queue, est crème à marron clair rougeâtre et a un contour extérieur irrégulier. Elle est recouverte de deux bandes longitudinales brun noir sur le dos souvent interrompues sous formes de taches de forme allongée. Parfois les taches sont absentes. La coloration noire envahit parfois presque tout le dos et ne subsistent alors (Honduras) que deux bandes dorsolatérales claires. Taches brun noir également sur la queue et grande tache irrégulière de même teinte sur le dessus de la tête. Parfois des taches sur les membres. Le reste de l’animal (museau, parties latérales de la tête, flancs, parties caudales latérales, membres) est brun chocolat noirâtre, les parties ventrales étant brun clair. Introgression des deux autres espèces proches, B. odonnelli et mulleri, dans le centre du Guatemala (Alta Verapaz).

* Forêts tropicales humides de basse altitude jusqu’en basse montagne, en présence d’épiphytes et broméliacées où cette espèce se réfugie pendant la saison sèche. Bananeraies en bordure de forêt ainsi que dans les plantations de caféiers. Souvent près des petits cours d’eau dans les zones sèches. De 0 à 1 900 m, du versant caraïbe du Chiapas à travers le sud et le centre du Belize et le nord du Guatemala jusqu’au sud et l’est du Honduras. Une population isolée dans la péninsule du Yucatan (Mexique), au nord-ouest du Quintana Roo et dans le Yucatan adjacent. LC. En déclin sévère toutefois à cause de la disparition de son habitat et la fragmentation des populations. Habite plusieurs zones protégées.

Terrarium de grande taille plus haut que large, en présence de broméliacées et de branchages. Sol de terre de sous-bois, couvert de feuilles mortes ensemencées en isopodes et micro invertébrés. Température comprise entre 18 et 25°C, l’espèce devenant active à partir de 18-20 °C. Forte humidité. Une période plus sèche à 18°C pendant deux mois. Nourriture : grillons, larves de la mite de cire, mouches, araignées, isopodes, chenilles. Un couple au maximum dans un bac de 80 x 40 cm. Caresses observées en captivité, le mâle agitant la queue sur celle de la femelle et appuyant son menton sur le museau de sa partenaire, les deux animaux placés l’un contre l’autre sur une vitre. AT+.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Bolitoglossa (Bolitoglossa) mexicana Duméril, Bibron et Duméril, 1854

8,2 cm SVL (F du Honduras). Aspect élancé, membres fins et assez courts, tête petite pour le groupe, protubérances nasolabiales développées, très prononcées chez le mâle, avec les dents prémaxillaires faisant saillie chez le mâle. Glande mentonnière plus ou moins visible chez le mâle. œil modéré. Doigts et orteils presque intégralement palmés. Queue assez longue, légèrement comprimée à la base, arrondie sur sa moitié inférieure. Coloration très variable, mais toujours une large bande dorsale comme chez la plupart des membres du groupe. La bande, qui s’étend de l’arrière du museau, œil non compris, à l’extrémité de la queue, est crème à marron clair rougeâtre et a un contour extérieur irrégulier. Elle est recouverte de deux bandes longitudinales brun noir sur le dos souvent interrompues sous formes de taches de forme allongée, parfois les taches sont absentes. La coloration noire envahit parfois presque tout le dos et ne subsistent alors (Honduras) que deux bandes dorsolatérales claires. Taches brun noir également sur la queue et grande tache irrégulière de même teinte sur le dessus de la tête. Parfois des taches sur les membres. Le reste de l’animal (museau, parties latérales de la tête, flancs, parties caudales latérales, membres) est brun chocolat noirâtre, les parties ventrales étant brun clair. Forêts tropicales humides de basse altitude jusqu’en basse montagne, en présence d’épiphytes et broméliacées où cette espèce se réfugie pendant la saison sèche. Bananeraies en bordure de forêt ainsi que dans les plantations de caféiers. Souvent près des petits cours d’eau dans les zones sèches. De 0 à 1 500 m, du versant caraïbe des Chiapas à travers le sud et le centre du Belize et le nord du Guatemala jusqu’au sud et l’est du Honduras. Une population isolée dans la péninsule du Yucatan (Mexique), au nord-ouest du Quintana Roo et dans le Yucatan adjacent. 157304 km2. LC. En déclin sévère toutefois à cause de la disparition de son habitat et la fragmentation des populations. Habite plusieurs zones protégées.

Terrarium de grande taille plus haut que large, avec des broméliacées fixées à des branches. Sol de terre de sous-bois, couvert de feuilles mortes ensemencées en isopodes et micro invertébrés. Température comprise entre 18 et 25 °C, l’espèce devenant active à partir de 18-20 °C. Forte humidité. Une période plus sèche à 18 °C pendant deux mois. Nourriture: grillons, larves de la mite de cire, mouches, araignées, isopodes, chenilles. Un couple au maximum dans un bac de 80 x 40 cm. Caresses observées en captivité, le mâle agitant la queue sur celle de la femelle et appuyant son menton sur le museau de sa partenaire, les deux animaux placés l’un contre l’autre sur une vitre.


ENGLISH TRANSLATION - Julian Wittische, December 2011

Bolitoglossa mexicana has a SVL of 8.2 cm, measured from a female from Honduras. The species is slender, thin and has rather short limbs. It has a small head compared to other species of the group. It has developed nasolabial protrusions that are very pronounced in males, which also show premaxillary teeth jutting out. The mental gland is more or less visible in males. The eye is of a moderate size. It has a rather long tail, slightly compressed at its base, and rounded on its ventral half. B. mexicana is very variable in color, always with a wide dorsal stripe, like other members of its group. The stripe, which goes from the back of the snout (eye not included) to the extremity of the tail, is cream to reddish light brown and has irregular edges. It is covered with two dark brown stripes on the dorsum, which are often discontinuous (looks like elongated spots). These stripes are sometimes absent. The dark color sometimes covers the whole dorsum and we may only see two relictual dorsolateral light lines on the edges (Honduras). Dark spots are also present on the tail as well as on the top of the head (this one is big and irregular). Sometimes there are spots on the body. The ventral parts are light brown and the rest of the animal (snout, lateral sides of the head, body, tail, and limbs) is blackish chocolate brown.

Habitat & Range: B. mexicana lives in tropical humid forests from lowlands to low altitude mountains. It needs bromeliads and epiphytes, as it protects the species during the dry season in banana and coffee plantations when they are on the edge of the forest. The species is often found near small water stretches in dry zones. It can be found from 0 m to 1500 m, from the Caribbean side of Chiapas, through the south and central Belize and the north of Guatemala, to the south and the east of Honduras. An isolated population exists in the Yucatan Peninsula (Mexico), northwest from Quintana Roo and in the adjacent Yucatan. 157,304 km².

Conservation: Its status is considered Least Concern. A severe decline has been reported because of habitat loss and population fragmentation. It lives in several protected zones.

Captive breeding tips: This species requires a big terrarium, more high than wide, with bromeliads fixed to branches. It needs undergrowth forest type soil, covered with dead leaves, enriched in isopods and micro-invertebrates. Temperature should be kept between 18 and 25°C. This species is active between 18 and 20°C. High humidity is needed and a dry season at 18°C for 2 months should be simulated. Food: crickets, wax moth larvae, flies, spiders, isopods, caterpillars. One pair (male and female) maximum in a 40 x 80 cm terrarium. Caresses have been observed in captivity, with the male shaking its tail on the female’s and putting its chin on the snout of the female. This was observed when the two individuals were against each other on a window.



Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 19 May 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.