AMPHIBIAWEB
Ambystoma laterale
Blue-spotted Salamander
Subgenus: Xiphonura
family: Ambystomatidae

© 2010 Todd Pierson (1 of 0)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Least Concern (LC)
NatureServe Status Use NatureServe Explorer to see status.
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Ambystoma (Xiphonura) laterale Hallowell, 1856
Ambystome à points bleus

13 cm. 13 sillons costaux. Petite espèce à membres courts. Parties dorsales gris sombre à gris noires avec de grandes taches bleuâtres et blanches, plus denses sur les flancs. Parties ventrales gris noirâtre à gris brunâtre tachetées de clair. Mâles en général plus petits, avec une queue proportionnellement plus longue. Partie cloacale du mâle turgescente, queue comprimée chez le mâle pendant la période de reproduction. Les larves sont brunâtres avec une bande latérale jaunâtre qui s’estompe peu à peu, carènes dorsale et caudale tachetées de noir. Jeune brun foncé avec des barres jaunâtres.

* Forêts de feuillus ou mixtes. Localement abondant. Se reproduit dans des mares temporaires de sous-bois, en général dépourvues de poissons, les mares de bord de lacs, de carrières, les fossés de bord de routes. Migration à la fin de l’hiver et au début du printemps lors des premières pluies tièdes, plus tardivement vers le nord (mai/juin au Canada). La reproduction est explosive et dure deux à trois jours. Amplexus semblable à celui pratiqué par A. jeffersonianum. De 8 à 35 spermatophores déposés par mâle par saison. Petites masses d’œufs (2-10) attachées aux tiges, feuilles et pierres, parfois directement déposées au fond de l’eau. Jusqu’à 500 œufs par femelle. Deux à trois mois de vie larvaire. Contrairement à de nombreuses espèces du genre, les adultes restent actifs l’été et l’automne. Maturité sexuelle à deux ans. Du nord du New Jersey, New York, nord de l’Indiana, nord-ouest de l’Iowa et centre du Minnesota vers le nord jusqu’à l’est du Manitoba, le centre de l’Ontario, le sud du Labrador et la Nouvelle-Ecosse. L'espèce est présente à Montréal (Mont Royal). Populations hybrides clairsemées diploïdes (JL) et triploïdes impliquant A. jeffersonianum (JLL) dans le nord de l’Indiana, le Maine, le Massachusetts, le sud du Michigan, la Nouvelle-Ecosse, le nord-ouest de l’Ohio, le sud du Québec et de l’Ontario, le Wisconsin (Petranka). Les informations concernant ces hybrides, notamment JLL, sont développées dans le chapitre sur A. kl. platineum, auquel ils sont désormais taxonomiquement rattachés. LC. Menacé par le comblement des mares et la conversion de forêts en champs, l’acidification des points d’eau et le trafic automobile.

Le maintien en captivité est semblable à celui préconisé pour A. jeffersonianum, mais laterale semble beaucoup plus résistant. Hibernation longue (plusieurs mois) et à des températures proches de 0°C. AT+.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Ambystoma laterale Hallowell, 1856

13 cm. 13 sillons costaux. Petite espèce à membres courts. Parties dorsales gris sombre à gris noires avec de grandes taches bleuâtres et blanches, plus denses sur les flancs. Parties ventrales gris noirâtre à gris brunâtre tachetées de clair. Mâles en général plus petits, avec une queue proportionnellement plus longue. Partie cloacale du mâle turgescente, queue comprimée chez le mâle pendant la période de reproduction. Les larves sont brunâtres avec une bande latérale jaunâtre qui s’estompe peu à peu, carènes dorsale et caudale tachetées de noir. Jeune brun foncé avec des barres jaunâtres. Forêts de feuillus ou mixtes. Localement abondante. Se reproduit dans des mares temporaires de sous-bois, en général dépourvues de poissons, les mares de bord de lacs, de carrières, les fossés de bord de routes. Migration à la fin de l’hiver et au début du printemps lors des premières pluies tièdes, plus tardivement vers le nord (mai/juin au Canada). La reproduction est explosive et dure 2 à 3 jours. Amplexus semblable à celui pratiqué par A. jeffersonianum. De 8 à 35 spermatophores déposés par mâle par saison. Petites masses d’œufs (2-10) attachées aux tiges, feuilles et pierres, parfois directement posées au fond de l’eau. Jusqu’à 500 œufs par femelle. Contrairement à de nombreuses espèces du genre, les adultes restent actifs l’été et l’automne. Maturité à deux ans. Du nord du New Jersey, New York, nord de l’Indiana, nord-ouest de l’Iowa et centre du Minnesota vers le nord jusqu’à l’est du Manitoba, le centre de l’Ontario, le sud du Labrador et la Nouvelle-Ecosse. Populations hybrides clairsemées diploïdes (JL) et triploïdes impliquant A. jeffersonianum (JLL = A. tremblayi) dans le nord de l’Indiana, le Maine, le Massachusetts, le sud du Michigan, la Nouvelle-Ecosse, le nord-ouest de l’Ohio, le sud du Québec et de l’Ontario, le Wisconsin (Petranka), JLL apparaissant sporadiquement à travers toute l’aire d’A. laterale. Composé presque exclusivement de femelles, ressemble à laterale, mais en général plus clair, moins tacheté et plus grande taille. Les œufs sont plus grands et pondus en moins grand nombre (comme chez JJL). Dépend de mâles laterale pour se reproduire, utilise parfois des mâles d’autres espèces (texanum, tigrinum). Les femelles de JLL produisent principalement des femelles, celles de laterale produisent les deux sexes. Les mâles laterale courtisent en priorité les femelles de son espèce. La grande densité de femelles (à la fois JLL et laterale ) présentes par rapport aux mâles dans les populations hybrides font que de nombreux œufs ne sont pas fécondés. Parfois en sympatrie avec d’autres formes d’unisexuels. Globalement, l’aire d’A. laterale et des hybrides atteint 1761 812 km2. LC. Menacé par le comblement des mares et la conversion de forêts en champs, l’acidification des points d’eau et le trafic automobile.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 18 Apr 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.