AMPHIBIAWEB
Pachyhynobius shangchengensis
Shangcheng Stout Salamander
family: Hynobiidae
subfamily: Hynobiinae
 
Species Description: Fei, L., W.-y. Qu, and S.-h. Wu . 1983. A new genus and species of Hynobiidae from Henan, China. Amphibian Research. Kunming 1: 1. [In Chinese and English]

© 2005 Henk Wallays (1 of 14)

AmphibiaChina 中国两栖类.

Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Vulnerable (VU)
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Tribu des PACHYHYNOBIINI Dubois & Raffaëlli, 2012

Un seul genre très primitif, dont l'ancienneté remonte environ à celle des Ranodontini. Caractère distinctif du crâne: le maxillaire entre en contact avec le ptérygoïde. Caryotype: 2n = 64.

Genre PACHYHYNOBIUS Fei, Qu & Wu, 1983

La position phylogénétique de ce genre, longtemps incertaine, a été précisée par Poyarkov (2010), qui le considère comme l'un des plus primitifs de la famille, à la base (avec Salamandrella) de la radiation ayant donné Hynobius d'une part, Liua/Batrachuperus de l'autre. Des animaux importés en 2005 de Chine, dotés d’une moucheture bleuâtre sur les parties dorsales, se référaient à des juvéniles (Nishikawa et al., 2010). Chine centrale.

Pachyhynobius shangchengensis Fei, Qu & Wu, 1983
Pachyhynobie de Shangcheng

Xenobius melanonychus Zhang & Hu, 1985 placé en synonymie, de même qu'Hynobius yunanicus Chen, Qu & Niu, 2001, décrit de Huangbaishan, dans les Mts Dabieshan, près de Shangchen, dans le sud-est du Henan, dans de petits ruisseaux entre 400 et 910 m, ces animaux ayant été confondus avec des juvéniles de Pachyhynobius shangchengensis. Deux populations génétiques bien différenciées, n'atteignant pas le statut spécifique, selon Poyarkov, 2010. Quatre clades divergents datant du Pliocène et du Pléistocène (entre 4,8 et 1,5 MA) distribués dans quatre zones géographiques isolées les unes des autres dans le système complexe des Mts Dabieshan (Zhao et al., 2013). 19,6 cm (M), 20,1 cm (F) (Pasmans et al. (2012). 13 sillons costaux. Corps robuste, queue plus courte que le reste du corps, plus longue chez la femelle que chez le mâle, en forme de spatule fortement carénée chez la femelle, plus épaisse et avec une carène supérieure moins haute chez le mâle. Le mâle est plus robuste que la femelle, qui est plus volumineuse et dont les membres apparaissent plus courts. Tête large, notamment chez le mâle, chez qui elle semble hypertrophiée. Membres courts et faibles, quatre doigts et cinq orteils kératinisés à leur extrémité. Lobes labiaux distincts. Séries de dents voméro-palatines en forme de V interrompu à la base. Pli gulaire présent. Parties dorsales uniformément brunes à grises, ventrales plus claires. La larve et le jeune présentent une moucheture blanche très accusée, ce qui avait conduit à la description d'H. yunanicus.

* Région de Dabieshan (Hubei, Henan et Anhui, centre sud de la Chine), dans les ruisseaux de montagne lents en zones de forêts, entre 380 et 1 100 m. VU. Prélevé pour la consommation. L'exportation pour le commerce terrariophile à la fin des années 2000 a semble-t-il cessé, mais Zhao et al., qui s'inquiètent de la raréfaction continue de cette espèce, insistent sur la nécessité de maintenir intactes les quatre unités divergentes qui la composent. Le sac d'oeufs, qui contient de 18 à 32 oeufs, est elliptique et est remarquable par les grandes stries qui le recouvrent.

Aquarium de grande taille en eau courante avec de nombreuses roches formant des abris. Eau courante. Les femelles déposent leurs sacs d’œufs en profondeur. La nourriture ne doit pas manquer pour éviter les agressions. Elle est constituée de vers de terre essentiellement. Les animaux sont capables de s’infliger de violentes morsures, les femelles sont souvent couvertes de plaies profondes, avec des lambeaux de peau déchirés. Les blessures cicatrisent toutefois la plupart du temps. Cette espèce a été reproduite en captivité en Belgique (Pasmans et al.) et par Jamin (Fug). Les animaux ont été gardés dans un bac de 90 x 40 x 30 cm avec fond de gravier et plusieurs pierres plates à des températures comprises entre 2 °C l’hiver et 18° C l’été. Deux sacs d’œufs de forme ovoïde contenant 32 et 22 œufs respectivement ont été découverts solidement attachés sous une pierre le 28 mai 2005. Les premières éclosions ont eu lieu 42 jours après. Un an de vie larvaire environ, métamorphose à 9,5 cm en moyenne. Les jeunes larves n’ont pas de balanciers. Elles ont été élevées individuellement et nourries de larves de chironomes et tubifex. Jamin attribue l'agressivité des mâles à la défense des sites favorables aux pontes, qu'ils protègent. AT+.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Genre PACHYHYNOBIUS Fei, Qu et Wu, 1983

La position taxonomique de ce genre, qui ne contient qu’une seule espèce décrite, est incertaine. Il pourrait s’agir d’un Hynobius dérivé, qui se serait réadapté à l’eau courante, mais ce pourrait être également un taxon primitif proche des clades Ranodon/Paradactylodon (Asie centrale) et Batrachuperus/Liua/Pseudohynobius (Chine). Des animaux importés récemment (2005) de Chine, dotés d'une moucheture bleuâtre sur les parties dorsales, pourraient se référer à des juvéniles. Chine centrale.

 

Pachyhynobius shangchengensis Fei, Qu et Wu, 1983

Xenobius melanonychus Zhang et Hu, 1985 placé en synonymie avec cette espèce. 18,4 cm (M), 17,6 cm (F), mais des femelles de plus grande taille ont été enregistrées en captivité par l’auteur (19 cm). Corps robuste, queue plus courte que le reste du corps, plus longue chez les femelles que chez les mâles, en forme de spatule fortement carénée chez les femelles, plus épaisse et avec une carène supérieure moins haute chez les mâles. Les mâles sont plus robustes que les femelles, qui sont plus volumineuses et dont les membres apparaissent plus courts. La tête est large, notamment chez les mâles, chez qui elle semble hypertrophiée. Membres courts et faibles, 4 doigts et 5 orteils kératinisés à leur extrémité. Lobes labiaux distincts. Dents voméro-palatines en forme de V interrompu à la base. Pli gulaire présent. Parties dorsales uniformément grises, ventrales plus claires. La larve, et vraisemblablement le jeune, présente une moucheture bleuâtre plus ou moins accusée. Région de Dabie Shan (Hubei, Henan et Anhui, centre sud de la Chine), dans les ruisseaux de montagne lents en zones de forêts, entre 380 et 780 m, peut-être plus haut. 12,852 km2. VU. Prélevé pour la consommation.

Aquarium de grande taille en eau courante avec de nombreuses roches formant des abris. Eau courante. De 5 à 18 °C. Les femelles déposeraient leurs sacs d’œufs en profondeur. La nourriture ne doit pas manquer pour éviter les agressions. Elle est constituée de vers de terre essentiellement. Les animaux sont capables de s’infliger de violentes morsures. Cette espèce a été reproduite en captivité en Belgique par Pasmans (2006). Les animaux ont été gardés dans un bac de 90 x 40 x 30 cm avec fond de gravier et plusieurs pierres plates à des températures comprises entre 2 °C l’hiver et 18° C l’été. Deux sacs d’œufs de forme ovoïde contenant chacun 32 œufs ont été découverts solidement attachés sous une pierre le 28 mai 2005. Les premières éclosions ont eu lieu 42 jours après. Les jeunes larves n’ont pas de balanciers. Elles ont été élevées individuellement et nourries de larves de chironomes et tubifex.


ENGLISH TRANSLATION - Julian Wittische, December 2011

The taxonomical position of this genus, which contains only one described species, is uncertain. It could be derived from Hynobius, which would have re-adapted to running water, but it could also be a primitive taxon, close to Ranodon/Paradactylodon (central Asia) and Batrachuperus/Liua/Pseudohynobius (China). Recently imported animals from China (2005), with a bluish speckle on dorsal parts, could be juveniles. Central China.

Xenobius melanonychus described by Zhang and Hu, (1985) is considered a synonym with this species. 18.4 cm(M), 17.6 cm(F). Females of greater size have been registered by the author (19 cm). Pachyhynobius shangchengensis has a robust body, a tail shorter than the body that is longer in females than in males. The tail has a spatula shape with a very developed keel in females, but it is thicker with a lower dorsal keel in males. Males are stronger than females, which are more voluminous and whose limbs seem to be shorter. The head is large and hypertrophied in males. It has short and weak limbs, 4 fingers and 5 toes keratinized at their extremities. It has distinct labial lobes. The vomero-palatine teeth have a V shape, interrupted at the base. A throat fold present. Dorsal sides are uniformly grey, ventral sides are lighter. The larvae and the young individuals show a bluish speckle more or less pronounced.

Habitat & Range: P. shangchengensis can be found in the Dabie Shan area (Hubei, Henan and Anhui, central south of China), in slow mountain forest streams, between 380 m and 780 m, maybe higher. 12,852 km2.

Conservation: Its status is considered Vulnerable. It is harvested for human food.

Husbandry: P. shangchengensis requires a big sized aquarium with running water and a lot of rocks forming shelters. The temperature should be between 5 and 18 ∞C. Females would lay their egg sacks in depth. Food should not be lacking to avoid aggression. Food: mostly earth worms. Individuals are able to give each other violent bites. This species has been bred in captivity in Belgium by Pasmans (2006). Animals have been kept in a 90x40x30 cm box with gravel and rocks at the bottom, between temperatures of 2 and 18 ° C. Two egg sacks containing 32 eggs each, have been discovered under rocks on the 28th of May, 2005. The first hatching events happened 42 days later. Young larvae have no balancers. They have been grown individually and feed with chironomids and tubifex larvae.



Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 21 Nov 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.