AMPHIBIAWEB
Ambystoma mexicanum
Mexican Axolotl
Subgenus: Heterotriton
family: Ambystomatidae

© 2010 Mark V. Leppin (1 of 59)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Critically Endangered (CR)
CITES Appendix II
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Ambystoma (Heterotriton) mexicanum (Shaw & Nodder, 1798)
Axolotl

Groupe 2 de Highton. Si ce groupe, qui comprend également la majorité des A. mavortium nord-américains et de nombreuses formes mexicaines, devait donner lieu à l’érection d’une seule espèce, c’est le nom A. mexicanum qui devrait être choisi. Atteint 30 cm à l’état larvaire, moins de 20 cm lorsque métamorphosé. Branchies rouges développées, membres courts, doigts et orteils longs, coloration générale gris noire à brun noire plus ou moins couverte de petites taches ou de marques plus sombres. Semi albinisme fréquent en laboratoire.

* Historiquement lacs Xochimilco et Chalco, ainsi que lacs Zumpango et Texcoco, qui font partie d’un ancien complexe hydrographique dans la vallée de Mexico (environ 2 000 m), mais la plus grande partie de l’habitat originel du bassin a disparu sous la ville qui a commencé à être bâtie par les Aztèques. Serait inféodé au système hydrographique (anciennement souterrain) du Rio Panuco menant au Golfe du Mexique (Taylor). Cette espèce a été longtemps utilisée pour la consommation humaine et est très connue dans le folklore traditionnel. Une très grande partie de la zone originelle a été drainée, et les animaux ne subsistent plus que dans les canaux où poussent des jardins flottants (chinampas) sur les restes du lac Xochimilco, au sud de la ville. Le lac Texcoco, le plus vaste dans le passé, est désormais très réduit et le lac Chalco a presque totalement disparu. Des données sur des exemplaires dans le lac Chapultepec pourraient se référer à cette espèce ou à une population d’A.velasci. A. mexicanum est heureusement abondamment élevé en laboratoire dans le monde à des fins d’embryogenèse, et les exemplaires albinos, semi albinos ou atteints de flavisme sont courants en captivité. Néoténique dans la nature, il est connu pour se métamorphoser à l’aide de thyroxine, mais ces animaux deviennent plus fragiles. Il est possible de les reproduire après la métamorphose, mais il est nécessaire de les maintenir dans un milieu aquatique car ils sont très sensibles aux infections cutanées à terre (François Maillet, com. pers.). 103 km2. VU. La restauration du Parc écologique de Xochimilco entamée il y a une vingtaine d’années a permis une certaine stabilisation des populations, qui sont malgré tout rares, et souffrent de la concurrence des carpes et des perches introduites (Grosse). Inscrit sur la Convention de Washington (Annexe II) pour les populations naturelles. Longévité dans la nature jusqu'à 25 ans (in Warburg, 2007). La reproduction a lieu dans la nature l'hiver et au printemps. La température s'échelonne de 6-7°C l'hiver à près de 20°C l'été (Grosse, 2009).

Grand aquarium en eau stagnante ou peu courante (une eau fortement courante stresse les animaux, in Caudata Culture), entre 5°C pendant quelques semaines et 20°C le reste de l'année. Les animaux supportent une température inférieure à 2°C (Grosse). Une filtration efficace est indispensable, car ces animaux polluent fortement le milieu par leurs déjections. Un bac de 100 x 40 x 50 cm peut contenir jusqu'à cinq adultes (Grosse). Fond de gros gravier rond, se méfier du gravier à bord acéré. Quelques plantes et pierres pour le dépôt des œufs. Nourriture abondante à base de vers, morceaux de poisson d’eau douce ou de bœuf, et granulés pour poissons ou spécifiques pour axololts, désormais en vente dans le commerce. Lors des jeux nuptiaux, les mâles, qui ont un cloaque très turgescent, cherchent à frotter leur museau contre celui des femelles en tournant autour d’elles (obs. pers.) Les œufs sont pondus isolément. Eclosion après 14 jours à 24 °C. Les oeufs sont consommés par les adultes, il est donc nécessaire de les retirer avec leur support du bac principal. Les larves qui croissent très rapidement (1 cm par mois en moyenne les six premiers mois) sont élevées dans de petits aquariums dont l’eau sera aérée ou remplacée périodiquement. Séparer les larves, qui sont très voraces, au fur et à mesure de la croissance, jusqu’à 15 cm de longueur, taille à laquelle elles deviennent plus pacifiques. Ce phénomène a été observé chez de nombreuses espèces d’Ambystomes. Les conditions de maintien sont à peu près les mêmes pour A. andersoni et vraisemblablement pour les autres espèces néoténiques d'eau stagnante du Mexique. La régénération des membres est très courante chez cette espèce, qui a été élevée notamment pour des recherches sur la régénération applicable à l'homme. AT+.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Ambystoma mexicanum (Shaw, 1789)

Groupe 2 de Highton. Si ce groupe, qui comprend également la majorité des A.mavortium nord-américains et de nombreuses formes mexicaines, devait donner lieu à l’érection d’une seule espèce, c’est le nom A.mexicanum qui devrait être choisi. Atteint 30cm à l’état larvaire, moins de 20 cm lorsque métamorphosé. Branchies rouges développées, membres courts, doigts et orteils longs, coloration générale gris noire à brun noire plus ou moins couverte de petites taches ou de marques plus sombres. Semi albinisme fréquent en laboratoire. Historiquement lacs Xochimilco et Chalco, ainsi que lacs Zumpango et Texcoco, qui font partie d’un ancien complexe hydro­ graphique dans la vallée de Mexico (environ 2000m), mais la plus grande partie de l’habitat originel du bassin a disparu sous la ville qui a commencé à être bâtie par les Aztèques. Serait inféodé au système hydrographique (ancien­ nement souterrain) du Rio Panuco menant au Golfe du Mexique (Taylor). Cette espèce a été longtemps utilisée pour la consommation humaine et est très connue dans le folklore traditionnel. Une très grande partie de la zone originelle a été drainée, et les animaux ne subsistent plus que dans les canaux où poussent des jardins flottants (chinampas) sur les restes du lac Xochimilco, au sud de la ville. Le lac Texcoco, le plus vaste dans le passé, est désormais très réduit et le lac Chalco a presque totalement disparu. Des données sur des exemplaires dans le lac Chapultepec pourraient se référer à cette espèce ou à une population d’A. velasci. A. mexicanum est heureusement abondamment élevé en laboratoire dans le monde à des fins d’embryogenèse, et les exemplaires albinos, semi albinos ou atteints de flavisme sont courants en captivité. Néoténique dans la nature, il est connu pour se métamorphoser à l’aide de thyroxine, mais ces animaux deviennent plus fragiles. Il est possible de les reproduire une fois métamorphosés, mais il est nécessaire de les maintenir dans un milieu aquatique car ils sont très sensibles aux infections cutanées à terre (Maillet, com. pers.). 103km2. VU. La restauration du Parc écologique Xochimilco entamée il y a une vingtaine d’années a permis une certaine stabilisation des populations, qui sont malgré tout rares, et souffrent de la concurrence des carpes. Inscrit sur la Convention de Washington (Cites) pour les populations naturelles.

Grand aquarium en eau stagnante ou peu courante (une eau fortement courante stresse les animaux (in Caudata Culture), entre 5 °C pendant quelques semaines et 20 °C le reste du temps. Quelques plantes et pierres pour le dépôt des œufs. Nourriture abondante à base de vers, morceaux de poisson d’eau douce ou de bœuf, et granulés pour poissons (esturgeon). Lors des jeux nuptiaux, les mâles, qui ont un cloaque très turgescent, cherchent à frotter leur museau contre celui des femelles en tournant autour d’elles (obs. pers.) Les œufs sont pondus isolément. Eclosion après 14 jours à 24 °C. Les larves qui croissent très rapidement (1 cm par mois en moyenne les 6 premiers mois) doivent être élevées séparément des adultes dans de petits aquariums dont l’eau sera aérée ou remplacée périodiquement. Séparer les larves, qui sont très voraces, au fur et à mesure de la croissance, jusqu’à 15 cm de longueur, taille à laquelle elles deviennent plus pacifiques. Ce phénomène a été observé chez de nombreuses espèces d’Ambystomes.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 24 Jun 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.