AMPHIBIAWEB
Triturus marmoratus
Marbled Newt, marmormolch, triton marbré, tritón jaspeado, tritão-marmorado, tritão-verde, tritó verd, marmorsalamander, marmorvesilik, uhandre marmolairea, lagartixa d'agua, tritone marmorato, tritone marmorizzato, marmersalamander, traszka marmurkowana
Subgenus: Pyronicia
family: Salamandridae
subfamily: Pleurodelinae

© 2016 Dr. Joachim Nerz (1 of 81)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Least Concern (LC)
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Triturus marmoratus (Latreille, 1800)

18 cm (F). Tête aussi large que longue, museau large et arrondi. Corps robuste et arrondi. Parties supérieures vert vif, vert olive ou jaune vert avec des marbrures ou grandes taches noires. Crête dorsale du mâle peu festonnée présentant des barres verticales noires et blanchâtres ou verdâtres. Ligne vertébrale orange chez la femelle, rouge chez les jeunes des deux sexes. Bande nacrée sur la queue du mâle en rut. Parties inférieures grises, brunes à rosacées avec des points blancs et parfois des taches noires indistinctes. Moitié nord de la péninsule ibérique, France au sud-ouest d’une ligne allant de la Normandie à la Bourgogne. Variation géographique observée. De 0 à 2100 m. 488 811 km2. LC, mais menacé en France centrale, moins dans le sud du pays. Réintroduit dans la région de Madrid, introduit dans la région de Turin, où il serait maintenant éteint. Prélevé pour la terrariophilie. De 200 à 380 œufs par femelle. Moins aquatique que le triton crêté. Fossés, mares de tourbières et de landes acides, abreuvoirs (photo p. 5). L’ouvrage collectif de l’ACEMAV (Duguet et Melki, 2003) rappelle que le Triton crêté exclut le Triton marbré «sur les terrains sédimentaires à l’inverse des massifs anciens, dans les secteurs de plaine avec faible relief à l’inverse des zones de collines, dans des secteurs arbustifs préforestiers à l’inverse des boisements compacts, dans les mares ensoleillées à l’inverse des mares forestières ombragées». Capable de s’adapter à un habitat légèrement modifié (mares de fermes).

Exondation inévitable la plupart du temps. Hibernation de trois mois à basse température. Aquaterrarium de grande taille avec milieu terrestre sec comprenant de nombreux abris (souches, écorces). Jusqu’à 25 ans en captivité.

Le triton marbré s’hybride naturellement avec le Triton crêté dans plusieurs départements de l’ouest et du centre de la France (Triton de Blasius: Triturus blasii De L’Isle, en général issu d’un mâle marbré et d’une femelle crêtée). Femelles hybrides fertiles, mâles stériles (jusqu’à 650 œufs pondus par femelle, taux de survie très faible). L’hybride est noir verdâtre dorsalement, jaunâtre taché de noirâtre avec une fine ponctuation blanchâtre ventralement. Crête du mâle haute et dentelée. En Mayenne, il se rencontre dans près de 25 % des mares (Vallée, 1959).



Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 24 Aug 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.