AMPHIBIAWEB
Salamandra lanzai
Lanza's Alpine Salamander; Salamandra di Lanza
Subgenus: Mimandra
family: Salamandridae
subfamily: Salamandrinae

© 2017 Axel Hernandez (1 of 40)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Vulnerable (VU)
CITES No CITES Listing
Other International Status Vulnerable
National Status None
Regional Status Bern Convention

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Salamandra lanzai Nascetti, Andreone, Capula et Bullini, 1988

16 cm. Noire, gris sombre sur les parties inférieures, elle ressemble superficiellement Salamandra atra, dont elle se distingue par une plus grande taille, la tête plus aplatie bien séparée du corps, l’extrémité caudale arrondie, les membres plus longs, l’absence d’orifices extérieurs dorsaux, la présence de protubérances latérales dotées de plusieurs orifices excréteurs et la palmure vestigiale des orteils. Elle serait toutefois éloignée de S. atra au niveau moléculaire. Vivipare, entre 2 et 6 jeunes, gestation de 3 à 4 ans. Une vingtaine de populations dans trois vallées italiennes au nord du Mont Viso et peut-être Val Pellice, Alpes Cottiques, et une quinzaine de populations côté français dans la haute vallée du Guil (Hautes-Alpes, de 1 200 à 2 200 m). 1 163 km2. VU. Espèce localisée et menacée (faible capacité de dispersion). Protégée en France et en Italie. Population dans la vallée de Germanasca (prov. Turin) réduite en 2000 du fait de glissements de terrain dus aux fortes précipitations. Fréquente les pelouses subalpines avec des anfractuosités rocheuses et des pierriers où est présent le genévrier nain et le rhododendron, parfois dans les forêts de mélèze côté italien. Supporte une légère modification du milieu (pâturages). Vit surtout sous terre, les sorties pouvant être inférieures à 10 jours par an. Projet de réserve en haute vallée du Guil par le Parc régional du Queyras.

En cas de maintien en captivité, prévoir un vaste terrarium bien aéré en lieu frais, avec un milieu terrestre assez sec intégrant de nombreuses pierres formant des abris. La température ne devra pas excéder 18 °C, et devra descendre à près de 0 °C pendant quelques mois.



Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 26 Aug 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.