AMPHIBIAWEB
Salamandra infraimmaculata

Subgenus: Oriandra
family: Salamandridae
subfamily: Salamandrinae

© 2016 Dr. Joachim Nerz (1 of 32)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Near Threatened (NT)
CITES No CITES Listing
Other International Status This species is not protected by any law
National Status None
Regional Status None

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

n Salamandra infraimmaculata infraimmaculata Joger et Steinfartz, 1995

Atteindrait 32 cm, ce qui en ferait la plus grande espèce du genre. Grandes taches jaunes aux contours arrondis. Habituellement quatre grandes taches sur la tête, une sur chaque parotoïde et une derrière chaque œil. Les parties ventrales sont entièrement noires. Tête large et carrée. Femelles plus grandes que les mâles. Du sud-est de la Turquie au nord d’Israël (Mt Carmel, nord et ouest de la Galilée, Ten Dan), en passant par les zones montagneuses encore boisées de la Syrie et du Liban, où cette espèce est encore bien distribuée du nord au sud sur la bande ouest du pays entre 300 et 1 800m (Hraoui-Bloquet et al, 2001). 164 327 km2 (toutes sous-espèces comprises, 2006). NT. Liée à la durisilve méditerranéenne, qui a été complètement détruite, mais elle se maintient dans quelques endroits propices entre 200 et 1000m en Israël. Mares alimentées par les pluies ou la fonte des neiges, bassins bâtis alimentés par des sources au Liban. Active pendant la saison hivernale après les premières pluies d’automne. Populations faibles en Israël, mais stables. Viviparité observée en Turquie. Menacée au Liban, en Israël et en Syrie par l’urbanisation et la pollution des eaux. Déclin probable en Turquie (canalisations d’irrigation). Les populations de l’ouest de la Turquie, le long de la Méditerranée, sont très différentes des trois formes de S.infraimmaculata, selon des travaux moléculaires (Steinfartz et al, 2000).

Salamandra infraimmaculata orientalis Joger et Steinfartz, 1995

Grandes taches jaunes en forme d’étoile à bords irréguliers, parties ventrales noires. Centre sud de la Turquie, séparée de la forme précédente par les zones basses du golfe d’Iskenderun, le long des vallées des rivières Ceyhan et Aksu ou de la vallée de l’Oronte. Forêts humides de montagne, sous les feuilles mortes, écorces et pierres.

Salamandra infraimmaculata semenovi Joger et Steinfartz, 1995

Forme grande et trapue, nettement caractérisée par de nombreuses petites taches dorsales jaunes en forme de crochets, d’anneaux ou d’arabesques. Museau arrondi. Peut-être une bonne espèce. Kurdistan, Siyah Güves (nord-est de l’Irak près de la frontière iranienne à 1500m), montagnes du Kurdistan frontalières de la Turquie, de l’Iran (Mts Zagros) et de l’Irak, dans des zones arides où subsistent souvent des chênes lièges épars et où courent de petits ruisseaux pendant la saison pluvieuse, l’hiver et au printemps. La vallée de l’Euphrate représente une barrière isolant cette forme des autres sous-espèces. Rare et menacée par la disparition de l’habitat en Iran. Sa situation en Irak est inconnue.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2020. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 27 Feb 2020.

AmphibiaWeb's policy on data use.