AMPHIBIAWEB
Pseudoeurycea leprosa
family: Plethodontidae
subfamily: Hemidactyliinae

© 2014 Dr. Joachim Nerz (1 of 15)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Least Concern (LC)
CITES
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

Country distribution from AmphibiaWeb's database: Mexico

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Pseudoeurycea leprosa (Cope, 1869)

6,5 cm SVL (13 cm). Tête peu aplatie, museau arrondi, tronqué chez le mâle, doté d’une glande mentonnière hédonique peu distincte, corps plus ou moins cylindrique, œil proéminent. Queue égale à légèrement supérieure à la taille du corps. Membres plutôt courts, doigts et orteils libres, palmure vestigiale. Coloration de fond brun noir à noire, recouvert d’une bande dorsale de la tête à l’extrémité de la queue de teinte et forme variable, brun rougeâtre ou gris ardoise, licheniforme et plus ou moins bien définie. Le dessus de la queue est plus clair. Flancs supérieurs y compris les côtés de la tête et de la queue et les parties supérieures des membres recouverts d’une vermiculation blanchâtre à grise, nettement délimités des flancs inférieurs et parties ventrales, brun noir à noires. Gorge plus claire que le reste des parties ventrales. Région pariétale plus claire, blanc crème à rosacée. Jeune trapu à tête large, lui permettant d’ingérer des proies de grande taille (Bille), un trait de nombreuses espèces de Pléthodontides terrestres. Les exemplaires observés par l’auteur sur les flancs du volcan Cofre el Perote (Veracruz) étaient à dominante rougeâtre, ils sont souvent gris ardoise dans la région de Mexico, mais les deux colorations existent au sein d’une même population. 12 029 km2. VU. Dégradation continue des forêts sur le Plateau, où elle était l’espèce la plus commune dans la deuxième moitié du 20e siècle. En régression pour cause de déforestation, agriculture et activité touristique dans les parcs (Ajusco et Rio Frio). Pinèdes, sapinières et forêts mixtes pins/chênes, parfois dans les clairières herbacées, à terre sous les écorces et les pierres, dans les feuilles mortes et les troncs de bois morts (semi fouisseur), entre 2 500 et 3 600 m, sur la chaîne transversale volcanique (Puebla, Veracruz, Morelos, Mexico, Tlaxcala, district fédéral, une population isolée dans le nord de l’Hidalgo), dans des aires fractionnées (photo p.20). Actif pendant la saison humide, du printemps à l’automne, entre 10,8 et 22,2 °C (Bille). Se réfugie à l’intérieur des troncs en décomposition ou sous terre pendant la saison sèche l’hiver. De 20 à 21 œufs pondus entre août et octobre, vraisemblablement gardés par la femelle (Bille). Taxon instable. Décrits initialement du Mt Orizaba (Veracruz), les types correspondent sans doute à plusieurs espèces, laissant présager la résurrection du taxon P. orizabensis (Blatchley, 1893). Quatre espèces cryptiques, selon Highton (in Bruce, 2000), avec des distances génétiques allant de 0,18 à 0,38 (Nei D). Sans doute l’une d’entre elles décrite depuis, de la zone centrale (P. tlilicxitl).

Terrarium de sous-bois humide avec nombreuses écorces et pierres, entre 18 et 20 °C, abaissement de la température à 5-8 °C pendant quelques semaines assorti d’une hygrométrie réduite. Un adulte a été observé en activité par 6 °C fin janvier. Nourriture abondante à base d’arthropodes capturés grâce à la langue protractile, mais comme de nombreuses formes de Bolitoglossines, elle est capable de consommer des vers saisis avec les mâchoires.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 23 Jul 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.