AmphibiaWeb - Pleurodeles poireti
AMPHIBIAWEB
Pleurodeles poireti
Algerian Newt
family: Salamandridae
subfamily: Pleurodelinae

© 2016 Jihène Ben Hassine (1 of 3)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Endangered (EN)
CITES No CITES Listing
National Status None
Regional Status None

   

 

View distribution map in BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Pleurodeles poireti (Gervais, 1835)

Se serait séparé de nebulosus il y a 4,2 MA. Limité à la Péninsule d’Edough (est de l’Algérie). Correspond au Glossoliga Hagenmulleri de Lataste (1881) = Molge hagenmulleri (Boulenger, 1882), de la région d’Annaba (Bône), que ces deux auteurs différenciaient déjà des autres populations algéro-tunisiennes par une taille plus petite et les proportions. Proche de P. nebulosus, mais taille naine: 12,9 cm. Membres plus courts, tête moins large. Coloration dorsale gris rougeâtre, tubercules, protubérances glandulaires et parties ventrales gris jaunâtre clair. Dents voméro-palatines en forme de V. Le dimorphisme sexuel serait plus accentué chez cette espèce que chez P. nebulosus, les mâles étant beaucoup plus petits que les femelles, avec une tête plus courte et plus étroite et la queue proportionnellement beaucoup plus longue. Même habitat que P. nebulosus. Péninsule d(Mt Edough, 850 m) et zones limitrophes de basse altitude, jusqu’à environ 25km au sud-est d’Annaba. 1 851 km2 (2006). EN. La péninsule a dû être une île au Pliocène, et est marquée par un fort taux d’endémisme. Les populations de Salamandra algira habitant cette région sont aussi très différentes génétiquement des exemplaires du Maroc (Steinfartz et al, 2000).

P. poireti a été élevé régulièrement à Jussieu dans le laboratoire de Lacroix, près du Muséum d’Histoire naturelle de Paris. Quelques larves offertes en 1984, issues d’animaux en provenance d’Annaba. Neuf mois seulement après la naissance, un premier accouplement a été observé à 22 °C chez l’auteur. Les œufs de petite taille ont été déposés en plusieurs séries par grappes autour des plantes et sur le sol, à 16 °C, et après changement de moitié du volume d’eau.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2021. <https://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 14 May 2021.

AmphibiaWeb's policy on data use.