AMPHIBIAWEB
Onychodactylus japonicus
Japanese Clawed Salamander
Subgenus: Onychodactylus
family: Hynobiidae
subfamily: Onychodactylinae

© 2014 Dr. Joachim Nerz (1 of 12)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Least Concern (LC)
CITES No CITES Listing
Other International Status Not Threatened
National Status Not Threatened
Regional Status Protected at Hakone-machi Town, Kanagawa Prefecture, Japan.

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Onychodactylus (Onychodactylus) japonicus (Houttuyn, 1782)
Onychodactyle du Japon

Ce taxon abritait traditionnellement plusieurs espèces cryptiques (six selon Yoshikawa et al., 2010, au moins cinq selon Poyarkov et al., 2012) réparties sur l'archipel du Japon du nord au sud. Quatre d'entre elles ont été formellement décrites. Les populations du nord (groupe de Tohoku nord ou clade I de Yoshikawa et al.) ont été regroupées sous le nom O. nipponoborealis, le groupe de Tsukuba (clade II-B) sous celui de tsukubaensis, le groupe de Shikoku (clade IV-B) sous celui de kinneburi, le groupe central, celui du sud- ouest d'Honshu (clade III), conservant le nom japonicus. Une à deux espèces restent à décrire, correspondant aux clades IV-A (groupe de Kinki) et II-A (Tohoku sud). Pour O. japonicus: 17,5 cm (M), 15,8 cm (F). 17 vertèbres en général, 11-12 sillons costaux. Pas d’espace libre entre les séries de dents voméro-palatines, qui forment deux petits arcs incurvés. La queue est particulièrement longue chez le mâle. L'espace entre les yeux est plus faible que chez les autres espèces. Les griffes noirâtres sont souvent présentes en dehors de la période de reproduction. Bande dorsale large et de teinte claire, brun jaune à cuivre et orangée, aux bords bien marqués, flancs sombres, brun foncé à gris. Dans le centre nord de Honshu, la bande dorsale est indistincte, sans bords bien définis, et est recouverte d'un dessin licheniforme sombre (sans doute une espèce différente, clade II-A ou Tohoku sud). Parties ventrales grises à crème, immaculées, comme chez la plupart des espèces du genre. Une marque sombre allant du cou vers la poitrine. La larve atteint près de 2 cm à l’éclosion et environ 10 cm à la métamorphose après deux à quatre ans de vie larvaire, selon la latitude et l'altitude. Crête caudale uniquement chez la larve qui présente un repli cutané sur le bord extérieur des membres, doigts et orteils déjà pourvus de griffes.

* Zones fraîches et ombragées à proximité de petits ruisseaux à fond rocheux courant en forêt, de petites rivières et lacs de montagne à eau claire ne dépassant pas 15°C en été, en général entre 9 et 12°C, de 20 à 2 600 m selon la latitude (plus fréquente autour de 2 000 m). Régions montagneuses du centre et du sud-ouest de Honshu, depuis les préfectures de Yamagata et de Miyagi au nord-est jusqu'au district de Chugoku dans les préfectures d'Hiroshima et Shimane au sud-ouest, où cette espèce vit parfois en sympatrie avec O. kinneburi. Le sac de frai, de grande taille et blanchâtre, est déposé de mai à juin sur la face inférieure des roches dans l’eau par un pédoncule, parfois dans des crevasses ou sous les berges rocheuses, dans des zones bien oxygénées. (De 11 à 33 oeufs, Akita, 1982, 1983, Nambu, 1996). De nombreux sacs sont parfois déposés sur le même support. Reproduction de mi-mai à fin juin, jusqu'à début août au nord. Les mâles restent dans l'eau plus longtemps que les femelles à cette époque. Les Onychodactyles sont terrestres le reste du temps, et chassent insectes la nuit en grimpant sur les parois verticales rocheuses suintant d'humidité. Ces animaux, à qui sont prêtées des facultés vermifuges, sont parfois vendus séchés pour la médecine traditionnelle. LC.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Onychodactylus japonicus (Houttuyn, 1782)

16 cm. 13 à 14 sillons costaux assez indistincts. Pas d’espace libre entre les dents voméro-palatines. Tête allongée à museau arrondi, parotoïdes proéminentes sur les côtés du cou, œil grand et très protubérant, corps mince et allongé, queue plus longue que le reste du corps, cylindrique sur sa moitié antérieure, se comprimant vers l’extrémité. Membres allongés, cinq orteils, griffes présentes sous forme d’un recouvrement corné à l’époque de la reproduction. Peau lisse. Les mâles sont plus grands, la partie postérieure de la queue est plus haute et présente une extrémité arrondie, alors qu’elle est plus pointue chez la femelle. Les mâles présentent en outre une expansion cutanée sur le bord extérieur du 5eorteil, du pied et de la jambe (tibia), le pied apparaissant très élargi par rapport à celui de la femelle. La plante du pied est recouverte de nombreuses aspérités noires pendant la période de reproduction. Ouverture cloacale du mâle en forme de flèche. Une bande vertébrale jaune brun en forme de zigzag bordée de chaque côté d’une bande dorso-latérale, ces bandes se poursuivant sur la queue. Flancs crème couverts de taches sombres, flancs inférieurs gris, parties ventrales grises ou crème. Griffes noires. La larve atteint près de 2 cm à l’éclosion et environ 10 cm à la métamorphose après deux ans de vie larvaire. Crête caudale uniquement chez la larve qui présente un repli cutané sur le bord extérieur des membres, doigts et orteils déjà pourvus de griffes. Le sac de frai contient de 5 à 7 œufs de grande taille et blanchâtres, et est déposé de mai à juin sur la face inférieure des roches dans l’eau par un pédoncule, parfois dans des crevasses ou sous les berges rocheuses, dans des zones bien oxygénées. (20 œufs au maximum, Iwasawa et al, 1978). Les animaux sont terrestres le reste du temps, et chassent insectes et vers la nuit en grimpant sur les parois verticales rocheuses humides. Zones fraîches et ombragées à proximité de petits ruisseaux courant en forêt, de petites rivières et lacs de montagne à eau claire ne dépassant pas 15 °C en été, de 20 à 2 200m selon la latitude, dans les régions montagneuses de Honshu et Shikoku (Japon). Les animaux, à qui sont prêtées des facultés vermifuges, sont parfois vendus séchés pour la médecine traditionnelle. Etat de conservation satisfaisant. 161679 km2. LC.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 25 May 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.