AmphibiaWeb - Onychodactylus fischeri
AMPHIBIAWEB
Onychodactylus fischeri
Long-Tailed Clawed Salamander, Fischer's Clawed Salamander
Subgenus: Geomolge
family: Hynobiidae
subfamily: Onychodactylinae
genus: Onychodactylus

© 1998 Max Sparreboom (1 of 7)
Conservation Status (definitions)
IUCN Red List Status Account Least Concern (LC)
CITES No CITES Listing
National Status Red Data Books of the former USSR and Russia
Regional Status Indeterminate in Russia, China, and Korea

   

 

View distribution map in BerkeleyMapper.
View Bd and Bsal data (9 records).

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Onychodactylus (Geomolge) fischeri (Boulenger, 1886)
Onychodactyle de Russie

Le nom fischeri s'applique désormais exclusivement aux populations de l'extrême sud-est de la Russie, très différentes génétiquement de toutes les autres. 18,4 cm (M), 17,9 cm (F). 20-21 vertèbres. 14-15 sillons costaux. La queue est légèrement plus longue que le corps chez le mâle, alors qu'elle est nettement plus longue que le corps chez les autres espèces, la tête est plus étroite chez les deux sexes et la distance entre les yeux plus grande. Parties dorsales claires (brun, ocre à or), avec des taches ou bandes dorsolatérales noires, les flancs pouvant devenir très sombres chez les vieux spécimens, cette espèce différant de toutes les autres par l'absence de coloration contrastée entre les dos et les flancs. La larve est beaucoup plus claire dorsalement (ocre à or) et se métamorphose à environ 7,5 cm de longueur.

* Zones ombragées et fraîches près des sources ou ruisseaux rocheux en forêt de conifères et mixtes sur le versant sud des Mts Sikhote-Alin, dans le sud de la région russe de Primorié (extrême sud-est de la Russie). Selon Serbinova (1995), qui a bien observé cette espèce, les premiers individus apparaissent par 3°C, alors que l’eau des ruisseaux est encore recouverte de glace, de fin avril à début mai. La formation des couples commence par 7°C. Deux jours avant la ponte, la femelle se place dans une position typique préliminaire à la ponte, sur une pierre, le tiers postérieur du corps dans l’eau. Le mâle s’approche de la femelle en la touchant du corps et du museau. Le mâle écarte ensuite les membres postérieurs élargis et attend la ponte formée d’un cordon gélatineux contenant deux sacs de frai d’1 à 8 œufs par sac. À la vue des sacs, le mâle ondule et s’excite, monte sur les sacs et les saisit entre ses membres postérieurs écartés, les pousse contre son ouverture cloacale puis les insémine (Serbinova & Solkin, 1995, Kuzmin, 1995). Les oeufs sont très grands (5-6 mm). Les adultes se nourrissent à terre, sauf pendant la période de reproduction, ils sont alors aquatiques et consomment, de même que les larves, gammares et larves d'insectes (Kuzmin & Solkin, 1993). Le développement jusqu'à l'âge adulte est très long (8 à 10 ans). Très sensible au changement d'habitat. VU (recommandation). Protégé dans les réserves fédérales d'Oussouriyskiy et Lazovskiy.

Trois adultes offerts par Serbinova du zoo de Moscou, originaires de la région de l'Oussouri, ont été maintenus pendant plusieurs mois à basse température (près de 0°C) dans un réfrigérateur et continuaient à se nourrir à cette température, alors que des exemplaires de Corée du Sud (O. koreanus) maintenus en captivité par l'auteur refusaient de se nourrir à 6°C (obs. pers.). AT-.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Onychodactylus fischeri

(Boulenger, 1886)

18,1 cm. Proche d'Onychodactylus japonicus, mais taille un peu plus grande, séries de dents voméro-palatines légèrement séparées au milieu, 14 à 15sillons costaux, absence de ligne vertébrale, les parties dorsales étant envahies de taches noires ou grises sur fond clair. Les taches ont tendance à former deux bandes foncées sur les flancs, du museau à l’extrémité de la queue, notamment chez les exemplaires russes qui semblent atteindre également une plus grande taille. Le dimorphisme sexuel est semblable à celui décrit pour O. japonicus. Zones ombragées et fraîches près des sources ou des ruisseaux rocheux en forêt de conifères et mixtes comprenant des cèdres, entre 6 et 11 °C. Nord-est de la Chine, Corée du Nord, Corée du Sud jusqu’à Wonsan et région de Shikote-Mts Alin dans le sud de la région russe de Primorié. Jusqu’à 1000 m en Chine. Métamorphose après deux ans de vie larvaire. Selon Serbinova (1995), qui a bien observé cette espèce en Extrême-Orient russe, les premiers individus apparaissent par 3°C, alors que l’eau des ruisseaux est encore couverte de glace, de fin avril à début mai. La formation des couples commence par 7 °C. Deux jours avant la ponte, la femelle se place dans une position typique préliminaire à la ponte, sur une pierre, le tiers postérieur du corps dans l’eau. Le mâle s’approche de la femelle en la touchant du corps et du museau. Le mâle écarte ensuite les membres postérieurs élargis et attend la ponte formée d’un cordon gélatineux contenant deux sacs de frai d’1 à 8 œufs par sac. à la vue des sacs, le mâle ondule et s’excite, monte sur les sacs et les saisit entre ses membres postérieurs écartés, les pousse contre son ouverture cloacale puis les insémine (Serbinova et Solkin, 1995, Kuzmin, 1995). Les adultes se nourrissent à terre, sauf pendant la période de reproduction, ils sont alors aquatiques et consomment, de même que les larves, gammares et larves de plécoptères (Kuzmin et al). Considéré comme menacée en Corée du Sud. Souffre de la destruction de l’habitat et de la pollution des cours d’eau due à l’extraction du gravier. 341 193 km2. LC.

Aquaterrarium très humide avec quelques cm d’eau fraîche et pure agitée par une pompe, ardoises et roches formant des anfractuosités, partie terrestre en surplomb couverte de mousses et écorces. La température s’échelonne de 3 à 16°C. Nourriture: vers de terre, limaces. L’ingestion s’effectue d’un mouvement très sec. La croissance est lente, les animaux mettent plus de 5 ans à devenir adultes (observation de l’auteur sur des exemplaires coréens). Trois adultes de la région de l’Oussouri ont été maintenus pendant plusieurs mois à basse température (près de 0°C) dans un réfrigérateur et continuaient à se nourrir. Les exemplaires coréens, plus petits, sont entrés en léthargie vers 6 °C, accréditant un peu plus la thèse du polymorphisme chez cette espèce.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2022. <https://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 18 Aug 2022.

AmphibiaWeb's policy on data use.