AMPHIBIAWEB
Notophthalmus viridescens
Eastern Newt, Broken-Striped Newt, Central Newt, Peninsula Newt, Red Spotted Newt
Subgenus: Notophthalmus
family: Salamandridae
subfamily: Pleurodelinae

© 2014 Sean Michael Rovito (1 of 103)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Least Concern (LC)
NatureServe Status Use NatureServe Explorer to see status.
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

   

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Notophthalmus (Notophthalmus) viridescens viridescens (Rafinesque, 1820)
Notophthalme vert de l'Est

14 cm, la plus grande forme. Chez l’adulte, parties supérieures vert olive à brun jaunâtre, parsemées de petites taches noires également présentes sur le ventre, qui est jaune clair. Petites taches rondes rouges bordées de noir sur les parties dorso-latérales. Marques noires sur les doigts et orteils notamment chez le mâle en rut, et plis latéraux noirs sur les cuisses du mâle. Queue du mâle en période de reproduction fortement carénée, cloaque turgescent, membres postérieurs très développés. Néoténie présente. Les femelles apparaissent légèrement plus petites et plus trapues. Peau peu granuleuse chez l’adulte, très granuleuse chez l’eft, le stade terrestre qui suit la métamorphose et qui se prolonge plusieurs années. L'eft est rouge orange dorsalement, devenant plus sombre à l’approche du stade aquatique. Sa peau abrite des secrétions venimeuses, la vive coloration, aposématique, ayant un caractère mimétique batésien impliquant notamment les salamandres rouges du genre Pseudotriton. Des truites sont mortes après avoir ingéré des Notophthalmes. L'eft lève la queue et tord le corps en signe d'avertissement face à un prédateur.

* Très éclectique: mares de ferme ou de forêt, parfois de simples flaques ou fossés, ruisseaux lents, canaux, réservoirs, marais. Du sud-est du Canada à la Caroline du Sud, la moitié nord de la Géorgie et de l’Alabama au sud, l’est de l’Ohio, du Kentucky et du Tennessee à l’ouest. LC. Longévité dans la nature: jusqu'à 15 ans (in Warburg, 2007). Le mâle effectue des mouvements latéraux de la queue, puis agrippe la femelle avec ses membres postérieurs élargis à l’avant de ses membres antérieurs, et presse le cloaque sur le dos de la femelle pendant 10 minutes environ. Si la femelle est consentante, elle lève la queue verticalement en un angle de 90°. Le mâle lâche ensuite la femelle, se propulse en avant, dépose un spermatophore puis bloque la femelle avec son corps pour qu’elle s’en empare avec son cloaque. Une femelle non consentante fuit après avoir été relâchée par le mâle, après parfois plusieurs heures d'amplexus. Jusqu'à 376 ovocytes observés chez une seule femelle, mais la ponte d'une saison (de mars à juillet selon la latitude) ne concerne peut-être pas tous les oeufs, qui sont attachés isolément sur les plantes et les feuilles mortes à la façon des Tritons du Paléarctique. La plupart des larves se métamorphosent après 2 à 5 mois à une longueur d'environ 3,5 cm. Petranka (1998) a consacré un chapitre très complet à l'histoire naturelle de ce Triton.

Assez délicat à maintenir en captivité. Une fois adultes, les animaux (lorsqu’ils prennent une coloration verdâtre) restent aquatiques, et un grand aquarium abondamment planté convient parfaitement. Parfois les mâles ont tendance à vouloir s’exonder, quelques écorces de chêne liège sur la surface peuvent suffire. Hibernation entre 0 et 5°C nécessaire à la reproduction. Il faut autant de mâles que de femelles car les amplexus répétés fatiguent vite les femelles qui se noient parfois. Dans la nature, les mâles sont souvent en plus grand nombre, et les femelles restent au fond du plan d’eau, cachées dans les feuilles pour se dérober à leur vue. La compétition entre mâles est alors très importante et les dominés risquent de s'affaiblir rapidement en captivité. La température doit être maintenue pendant plusieurs mois à 18-20°C avec une forte luminosité, comme pour Triturus et apparentés. La difficulté réside souvent dans le passage de l’état d’eft (rouge orange) terrestre à l’état adulte (vert) aquatique. L’eft devenant adulte doit avoir à sa disposition une partie terrestre importante qui est ensuite supprimée. L’état d’eft est parfois escamoté, mais est plus fréquent que chez les autres sous-espèces. Jeune élevé à terre. Reproduit par Jamin (2005). AT-.

Notophthalmus (Notophthalmus) viridescens louisianensis Wolterstorff, 1914
Notophthalme vert de l'Ouest

12,5 cm, mais des valeurs supérieures ont été observées en captivité (14 cm). Pas de taches rouges sur le dos, séparation nette des colorations dorsale (brun olive) et ventrale (jaune clair parsemée de petites taches noires, plus grandes et moins nombreuses que N. v. piaropicola, avec lequel il entre en contact en Floride). Le stade d'eft est souvent escamoté. L'eft quand il est présent est moins vivement coloré que celui de la forme nominative. Tendance à la néoténie, la larve peut atteindre une grande taille (obs. pers.) et les adultes conservent parfois des restes branchiaux.

* Distribution à l’ouest et au sud du précédent, à l’est d’une ligne allant de la région des Grands Lacs à l’est du Texas, en passant par l’est du Minnesota, le Wisconsin, l’est de l’Iowa, le centre-est du Missouri et la Louisiane vers le sud-est le long du Golfe du Mexique jusqu’à la moitié sud de l’Alabama et de la Géorgie au nord, ainsi que la Floride non péninsulaire jusque dans la région de Gainesville.

Les animaux sont très territoriaux et sensibles à la lumière, selon des observations en captivité (Raffaëlli, Jamin, Maillet), et un bac de grande taille bien pourvu en plantes et feuilles mortes formant des abris au fond de l’eau est requis, surtout en présence de plusieurs mâles. Les œufs doivent être isolés des parents, qui ont une forte propension à les consommer. L’amplexus est légèrement différent de celui pratiqué par la forme nominative. La température s'échelonne de 5 à 25°C selon la saison. Totalement aquatique en captivité. AT+.

Notophthalmus (Notophthalmus) viridescens dorsalis (Harlan, 1828)
Notophthalme vert des Carolines

9,5 cm. La plus petite forme du complexe viridescens. Une grande bande rouge dorso-latérale entourée de noir partant de la tête, souvent interrompue, qui court jusqu’à la base de la queue. Parfois quelques taches rouges sur les flancs inférieurs. Ventre jaune très clair, souvent bordé sur les flancs inférieurs d’une ligne de taches noires. L’eft est foncé, le noir entourant les bandes rouges n’est pas aussi prononcé que chez l’adulte.

* Moitié sud-est de la Caroline du Nord et nord-est de la Caroline du Sud, sur la plaine côtière, souvent dans de petites pièces d'eau en zone sableuse.

Notophthalmus (Notophthalmus) viridescens piaropicola (Schwartz & Duellmann, 1952)
Notophthalme vert de Floride

10,5 cm. Vert foncé à brun noir sur le dos, sans taches rouges. Coloration plus sombre chez le mâle. Queue plus haute chez le mâle en rut. Parties inférieures jaune clair parsemées de très nombreuses petites taches noires.

* Floride péninsulaire, au sud de N. v. louisianensis, dans les fossés, rivières lentes et mares souvent encombrés de végétation, notamment de jacinthes d’eau. Les deux formes se rencontrent au niveau de la rivière Styx, dans le nord de la Floride (obs. pers.). L’état d’eft est généralement escamoté. Observé dans les Everglades par l'auteur dans une eau à 27 °C en association avec des poissons. Les animaux semblaient très amaigris.

L'amplexus est semblable à celui des autres formes (Gebel, com. pers.). Les parades ont lieu l'hiver, la ponte est déclenchée après une baisse de la température à 13- 14°C. Entièrement aquatique. AT+.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Notophthalmus viridescens viridescens (Rafinesque, 1820)

14 cm, la plus grande forme. Chez l’adulte, parties supérieures vert olive à brun jaunâtre, parsemées de petites taches noires également présentes sur le ventre, jaune clair. Petites taches rondes rouges bordées de noir sur les parties dorso-latérales. Marques noires sur les doigts et orteils notamment chez le mâle en rut. Peau légèrement granuleuse chez l’adulte, très granuleuse chez l’eft, le stade terrestre qui suit la métamorphose. Eft rouge orange dorsalement, devenant plus sombre à l’approche du stade aquatique. Queue du mâle en période de reproduction fortement carénée, cloaque turgescent, membres postérieurs très développés. Néoténie présente. Le mâle effectue des mouvements latéraux de la queue, puis agrippe la femelle à l’arrière des membres antérieurs, et presse le cloaque sur le dos de la femelle pendant 10minutes environ. Le mâle lâche ensuite la femelle, se propulse en avant, dépose un spermatophore puis bloque la femelle avec son corps pour qu’elle s’en empare avec son cloaque. Mares de ferme ou de forêt, ruisseaux lents, canaux, réservoirs, marais du sud-est du Canada à la Caroline du Sud, la moitié nord de la Géorgie et de l’Alabama au sud, l’est de l’Ohio, du Kentucky et du Tennessee à l’ouest. 3437 299 km2 (toutes formes confondues). LC.

Assez délicat à maintenir en captivité. Une fois adultes, les animaux (lorsqu’ils prennent une coloration verdâtre) restent aquatiques, et un grand aquarium abondamment planté convient parfaitement. Parfois les mâles ont tendance à vouloir s’exonder, quelques écorces de chêne liège sur la surface peuvent suffire. Hibernation entre 0 et 5 °C nécessaire à la reproduction. Il faut autant de mâles que de femelles car les amplexus répétés fatiguent vite les femelles qui se noient parfois. Dans la nature, les mâles sont souvent en plus grand nombre, et les femelles restent au fond du plan d’eau, cachées dans les feuilles pour se dérober à leur vue. La température doit être maintenue pendant plusieurs mois à 18-20 °C avec une forte luminosité, comme pour Triturus et Cynops. La difficulté réside souvent dans le passage de l’état d’eft (rouge orange) terrestre à l’état adulte (vert) aquatique. L’eft devenant adulte doit avoir à sa disposition une partie terrestre importante qui est ensuite supprimée. L’état dest parfois escamoté, mais est plus fréquent que chez les autres sous-espèces. Jeune élevé à terre. Reproduit par Jamin (2005).

Les différentes sous-espèces décrites ne seraient pas valides, selon Gabor et al (2004) qui après des travaux électrophorétiques, relèvent la présence de populations formant des unités ne correspondant pas aux sous-espèces actuelles.

Notophthalmus viridescens louisianensis Wolterstorff, 1914

12,5 cm. Légèrement plus petit que la forme nominative, pas de taches rouges sur le dos, séparation nette des colorations dorsale (brun olive) et ventrale (jaune clair parsemée de petites taches noires). L’eft est moins vivement coloré que le précédent. Tendance à la néoténie, la larve peut atteindre une grande taille (obs. pers.). Distribution à l’ouest et au sud du précédent, à l’est d’une ligne allant de la région des Grands Lacs à l’est du Texas, en passant par l’est du Minnesota, le Wisconsin, l’est de l’Iowa, le centre-est du Missouri et la Louisiane vers le sud-est le long du Golfe du Mexique jusqu’à la moitié sud de l’Alabama et de la Géorgie au nord et la Floride non péninsulaire jusque dans la région de Gainesville.

Les animaux sont très territoriaux et sensibles à la lumière, selon des observations en captivité (Raffaëlli, Jamin, Maillet), et un bac de grande taille bien pourvu en plantes et feuilles mortes formant des abris au fond de l’eau est requis, surtout en présence de plusieurs mâles. Les œufs doivent être isolés des parents, qui ont une forte propension à les consommer (obs. pers.). L’amplexus est légèrement différent de celui pratiqué par la forme nominative.

Notophthalmus viridescens dorsalis (Harlan, 1828)

9,5 cm. La plus petite forme. Une grande bande rouge dorso-latérale entourée de noir partant de la tête, souvent interrompue, jusqu’à la base de la queue. Parfois quelques taches rouges sur les flancs inférieurs. Ventre jaune très clair, souvent bordé sur les flancs inférieurs d’une ligne de taches noires. L’eft est foncé, le noir entourant les bandes rouges n’est pas aussi prononcé que chez l’adulte. Moitié sud-est de la Caroline du Nord et nord-est de la Caroline du Sud, sur la plaine côtière.

Notophthalmus viridescens piaropicola (Schwartz et Duellmann, 1952)

10,5 cm. Vert foncé à brun noir sur le dos, sans taches rouges. Parties inférieures jaune clair parsemées de très nombreuses petites taches noires. Floride péninsulaire, au sud de N. v. louisianensis, dans les fossés, rivières lentes et mares souvent encombrés de végétation, notamment de jacinthes d’eau. L’état d’eft est généralement escamoté. Observé dans les Everglades dans une eau à 27 °C en compagnie de cichlides.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2018. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 23 Sep 2018.

AmphibiaWeb's policy on data use.