AMPHIBIAWEB
Lissotriton italicus
Italian newt, Italienischer wassermolch, italiniescher teichmolch, tritone italico, italiensk vandsalamander, itaalia tähnikvesilik, tritón italiano, triton italien, italiaanse watersalamander, italianvesilisko, italiensk vattensalamander
Subgenus: Lissotriton
family: Salamandridae
subfamily: Pleurodelinae

© 2016 Henk Wallays (1 of 60)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Least Concern (LC)
CITES No CITES Listing
Other International Status Listed in appendix II of the Convention on the Conservation of European Wildlife and Natural Habitats.
National Status None
Regional Status None

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Supraspecies italicus (Peracca, 1898)

Une espèce d'Italie méridionale, deux formes.

Lissotriton (Lissotriton) italicus italicus (Peracca, 1898)
Triton italien

Espèce naine. 6 cm (M), 8 cm (F). Tête presque aussi longue que large, queue comprimée, basse, aussi longue que le reste du corps. Crête dorsale absente, mais sillon vertébral chez les deux sexes. Court filament a l’extrémité de la queue (arrondie) du mâle en période nuptiale, qui est beaucoup plus petit que la femelle. Bourrelets dorso-latéraux chez le mâle. Franges cutanées absentes des orteils du mâle. Région cloacale du mâle hémisphérique, celle de la femelle étant plus conique. Parties supérieures jaune laiton avec des reflets bleutés a l’époque de la reproduction, petites taches noires sur les parties inférieures jaune orange, plus claires que la gorge. Une tache jaune doré sur la tempe chez les deux sexes en livrée nuptiale. Cette tache est bien distincte chez le jeune. Stries brunes sur la tête absentes. La coloration de la queue ressemble a celle du Triton palmé.

* Italie centrale et méridionale. Eaux stagnantes, mares, citernes. Absent des habitats modifiés. Jusqu’à 1 530 m. LC. Plus fréquent dans le sud de l’aire, considéré comme rare en Italie centrale, déclin observé en Calabre et dans les Abruzzes. Le mouvement caudal est très rapide.

Peut être maintenu en phase aquatique toute l’année. Une période froide est nécessaire à la reproduction. Affectionne les eaux richement plantées, claires et limpides. 300-400 œufs déposés par saison par une femelle. Les jeunes doivent être élevés a terre, mais les larves atteignent parfois de grandes tailles, et la néoténie n’est pas rare. AT-.

- Lissotriton (Lissotriton) italicus molisanus (Altobello, 1926)
Triton de Molise

Le nomen molisanus avait été créé à partir d'échantillons de Triturus vulgaris meridionalis et Triturus italicus dans la région de Molise, au nord de la distribution de la forme nominative. La variation génétique entre cette sous-espèce et les populations du Sud de l'aire rattachées à la forme nominative atteint Nei D = 0,11, selon Ragghianti & Wake, insuffisante pour un rang spécifique (Highton, 2000). Les éventuels caractères morphologiques séparant les deux sous-espèces n'ont pas été étudiés.

* Région de Molise dans le sud de l'Italie, au nord de la forme précédente.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Lissotriton italicus (Peracca, 1898)

8 cm (F). Parties supérieures jaune laiton avec des reflets bleutés a l’époque de la reproduction, petites taches noires sur les parties inférieures jaune orange, plus claires que la gorge. Pas de crête dorsale, mais sillon vertébral chez les deux sexes. Court filament a l’extrémité de la queue (arrondie) du mâle en période nuptiale, qui est beaucoup plus petit que la femelle (5,5 à 6 cm). Bourrelets dorso-latéraux chez le mâle. Pas de stries brunes sur la tête. La coloration de la queue ressemble a celle du Triton palmé. Italie centrale et méridionale. Eaux stagnantes, mares, citernes. Absent des habitats modifiés. Jusqu’à1 530 m. 69 445 km2. LC. Plus fréquent dans le sud de l’aire, considéré comme rare en Italie centrale, déclin observé en Calabre et dans les Abruzzes. Le mouvement caudal est très rapide.

Peut être maintenu en phase aquatique toute l’année. Une période froide est nécessaire à la reproduction. Affectionne les eaux richement plantées, claires et limpides. 300-400 œufs déposés par saison par une femelle. Les jeunes doivent être élevés a terre, mais les larves atteignent parfois de grandes tailles, et la néoténie n’est pas rare

Variation génétique entre les populations du nord et du sud de l’aire, selon Ragghianti et Wake (1986), insuffisante pour un rang spécifique (Nei D = 0,11), selon Highton (2000).




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 17 Feb 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.