AmphibiaWeb - Isthmura bellii
AMPHIBIAWEB

 

(Translations may not be accurate.)

Isthmura bellii (Gray, 1850)
Bell's Salamander, Bell's False Brook Salamander
family: Plethodontidae
subfamily: Hemidactyliinae
genus: Isthmura

© 2007 Thomas Eimermacher (1 of 32)
Conservation Status (definitions)
IUCN Red List Status Account Least Concern (LC)
CITES No CITES Listing
National Status Classified as Threatened ("Amenazada") in Mexico
Regional Status None

   

 

View distribution map in BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Pseudoeurycea bellii bellii (Gray, 1850)

14,6 cm SVL (29 cm). Espèce géante au corps robuste. Tête grande, au museau tronqué quand vue d’en haut (mâle), de forme ovale et aplatie. œil grand, un sillon derrière l’œil rejoint le premier sillon gulaire. Pli gulaire proéminent. Membres bien développés. Doigts et orteils légèrement palmés à leur base et aplatis. Queue légèrement plus longue que le corps, de section circulaire, épaissie après une importante constriction à sa base. Papilles sur le cloaque du mâle. Coloration générale noire sur les parties supérieures et les flancs, gris noirâtre sur les parties ventrales. Deux grandes taches jaune à jaune orange à l’arrière de la tête. Une tache de même teinte en forme de V inversé sur le cou, et deux séries de taches jaune orangé à rouge orange sur le dos et la queue, chaque paire de taches formant un croissant sur le dos suivant chaque sillon costal. La coloration du jeune est moins visible, et il est beaucoup plus court (corps et queue) que l’adulte. Sous les pierres et racines des arbres, sous les souches et écorces dans des zones de forêts de pinèdes, de forêts mixtes pins/chênes, mais aussi de pâturages, prés et clairières. Supporte les forêts dégradées et subsiste en limite de zones urbaines et dans les jardins des maisons. Tendances fouisseuses. Entre 900 et 3 300 m, en général au-dessus de 2 000 m, dans plusieurs zones morcelées, principalement dans les parties ouest et sud du Plateau mexicain, depuis le Nayarit et le sud des Tamaulipas vers le Tlaxcala, le centre du Puebla et les parties adjacentes du Veracruz au sud et le Guerrero. Egalement au Jalisco, Michoacan, Queretaro, Hidalgo et District fédéral (Mexico). Les populations de l’Oaxaca appartiennent à deux autres espèces (Parra-Olea et al.), celles du Guerrero sont candidates au rang spécifique. 275 735 km2 (sous-espèce comprise, 2006). VU. Très commun il y a quelques dizaines d’années, il est devenu rare, et les causes de ce déclin ne sont pas claires: déforestation, urbanisation, mais aussi changement de climat et peut-être chytridiomycose.

Grand terrarium de sous-bois humide avec de nombreuses pierres, écorces et feuilles mortes. Température comprise entre 5 et 20 °C. Nourriture: grillons, vers, arachnides.

Pseudoeurycea bellii sierraoccidentalis Lowe, Jones et Wright, 1968

Le rang subspécifique de cette forme a été confirmé par Parra-Olea et al (2005). Diffère de la forme nominative par l’absence presque totale de marques dorsales rouges à orangées, qui ne subsistent que sous forme de quelques taches éparses sur le dos, le reste de l’animal étant totalement noir. Découvert par une nuit humide de septembre 1964 par une équipe de l’université de l’Arizona conduite par Charles H. Lowe à 21 km à l’ouest sud-ouest de Yecora (sur la vieille route de Nuri à Yecora), à l’est de Santa Ana, dans l’est du Sonora (Sierra Madre Occidental), à quelque 900 km au nord de la population la plus proche de b. bellii (Sierra de Nayarit). Retrouvé 20 ans plus tard à l’est de Yecora, près d’Ocampo (Chihuahua). Dans et sous des écorces humides en forêts mixtes pins/chênes dans des canyons humides et ombragés à environ 1 500 m. Trois spécimens qui pourraient appartenir à cette forme ont été cités par Dunn en 1926 (Bezy el al) de l’Arizona (Fort Whipple, près de Prescott, comté de Yavapai), soit à 770 km au nord-est de la localité-type de sierraoccidentalis. De nouvelles recherches devraient être entreprises dans les forêts de conifères d’altitude de l’Arizona pour y vérifier la présence éventuelle de Pléthodontides, selon les auteurs, qui rappellent à ce propos l’existence au Nouveau-Mexique, à l’est de l’Arizona, des deux isolats représentés par Plethodon neomexicanus et Aneides hardii.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2024. <https://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 26 Feb 2024.

AmphibiaWeb's policy on data use.