AMPHIBIAWEB
Hynobius retardatus
Hokkaido Salamander, Ezo Sansho-uo
Subgenus: Satobius
family: Hynobiidae
subfamily: Hynobiinae
 
Species Description: Dunn, E. R. 1923. New species of Hynobius from Japan. Proceedings of the California Academy of Sciences, 4th Series 12: 27–29.

© 2004 Henk Wallays (1 of 90)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Least Concern (LC)
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Hynobius (Satobius) retardatus Dunn, 1923
Hynobie de Yéso

Abrite trois groupes génétiques. 18,5 cm (20 cm). 11 (12) sillons costaux. Tête ovale quand vue d’en haut et assez large, œil bien développé, séries de dents voméro-palatines en forme de V court. Queue longue, un peu plus courte que le reste du corps, fortement comprimée, dotée d’une carène supérieure et à l’extrémité arrondie. Queue du mâle plus haute, carènes développées. Membres, doigts et orteils (cinq) très allongés. La femelle est un peu plus petite que le mâle et d’apparence plus lourde. Ouverture cloacale du mâle en forme d’Y pendant la reproduction, en simple fente longitudinale chez la femelle, membres postérieurs du mâle plus forts, un caractère commun à la majorité des espèces du genre. Parties supérieures brun verdâtre uniforme. Parties inférieures grises. Petites taches jaune or chez le jeune. Sac de frai long, atteignant 23 cm. Jusqu’à 79 œufs par sac, fixé aux plantes ou pierres en général la nuit. La larve est courte et présente une tête élargie. Présence de larves cannibales à tête très large.

* Lacs, étangs, mares de forêts, jusqu'aux zones alpines, souvent avec fond de feuilles mortes, et leurs abords, de 0 à 1 000 m, sur l’île d’Hokkaido (nord du Japon). Les trois groupes composant cette espèce présentent entre eux une faible distance génétique. Le groupe 1 est largement distribué dans le centre, le nord et l'est de l'île à l'exception de la région d'Erimo, où vit le groupe 2 sur une zone très étroite, le groupe 3 habitant le sud de l'île (Azuma et al., 2013). LC, mais la population d'Erimo est potentiellement menacée. Reproduction pendant deux semaines de mars à juin selon l’altitude. La reproduction a été bien observée par Sasaki (in Thorn, 1968). Les mâles se rendent à l’eau les premiers alors que l’eau atteint 3 à 5°C et sont les derniers à la quitter. Lorsqu'une femelle a trouvé un endroit propice, où elle est attendue en général par un ou deux mâles, elle choisit un support, applique son ouverture cloacale contre le support et recourbe le corps en étendant ses membres vers l'arrière. Les deux sacs de frai qui commencent à sortir sont collés par leur extrémité au support pendant que la femelle s'étire vers l'arrière. Dès qu'il aperçoit les oeufs, le mâle s'en approche, se place le long du sac pour que ses membres antérieurs puissent en saisir l'extrémité supérieure. Il repousse ensuite la femelle de ses pattes postérieures tout en appliquant son cloaque contre les sacs qu'il fertilise, aidant ainsi la femelle dans son acte de parturition. Le mouvement est répété plusieurs fois. Le mâle enlace parfois un sac et le triture de ses pattes pour mieux faire pénétrer le sperme. De nombreux mâles s’agglutinent souvent sur le même sac de frai, et jusqu’à cinq mâles sont capables de fertiliser un sac (Kawakimi, 1963). Les femelles se retirent à terre immédiatement après la ponte, les mâles restant plusieurs jours auprès des oeufs. Eclosion après environs trois semaines à 10°C. Métamorphose pendant l’été. Néoténie partielle observée (individus branchifères de 15 cm connus d’un lac d’eau froide) et certaines larves atteignent une grande taille (jusqu'à 10,2 cm).

Aquaterrarium de taille importante avec une partie aquatique atteignant 15 cm de profondeur. Feuilles mortes au fond du bac. Plusieurs semaines à une température proche de 0°C l’hiver, jusqu’à 18-20°C l’été. Nourriture à base de vers de terre. Les larves doivent être nourries abondamment car elles ont tendance à s'entredévorer. Les jeunes, qui ont une croissance rapide, doivent être isolés des adultes, très voraces. Les larves elles-mêmes, à tendance cannibale en cas de manque de nourriture, doivent être séparées par petits groupes et abondamment nourries (obs. pers). Cette espèce est exclusivement terrestre en dehors de la période de reproduction (Wallays, com. pers.). Reproduit aussi par Jamin. AT+.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Hynobius retardatus Dunn, 1923

18,5 cm. 11 (12) sillons costaux. Tête ovale quand vue d’en haut et assez large, œil bien développé, dents voméro-palatines en forme de V court. Queue longue, un peu plus courte que le reste du corps, fortement comprimée, dotée d’une carène supérieure et à l’extrémité arrondie. Queue du mâle plus haute, carènes développées. Membres longs, doigts et orteils allongés. La femelle est un peu plus petite que le mâle et d’apparence plus lourde. Ouverture cloacale du mâle en forme d’Y pendant la reproduction, en simple fente longitudinale chez la femelle, membres postérieurs du mâle plus forts, un caractère commun à la majorité des espèces du genre. Parties supérieures brun verdâtre uniforme. Parties inférieures grises. Sac de frai long, atteignant 23 cm. Jusqu’à 79 œufs par sac, fixé aux plantes ou pierres en général la nuit. Présence de larves cannibales à tête élargie. Lacs, étangs, mares de forêts, souvent avec fond de feuilles mortes, et leurs abords, de 0 à 1 000 m, sur l’île d’Hokkaido (nord du Japon). 78 093 km2. LC. Reproduction pendant deux semaines de mars à juin selon l’altitude. Les mâles se rendent à l’eau les premiers alors que l’eau atteint 3 à 5 °C et sont les derniers à la quitter. De nombreux mâles s’agglutinent souvent sur les sacs de frai. Jusqu’à cinq mâles sont capables de fertiliser un sac (Kawakimi, 1963). Eclosion après environs trois semaines à 10 °C. Métamorphose pendant l’été. Néoténie partielle observée (individus branchifères de 15 cm connus d’un lac d’eau froide).

Aquaterrarium de taille importante avec une partie aquatique atteignant 15 cm de profondeur. Feuilles mortes au fond du bac. Plusieurs semaines à une température proche de 0 °C l’hiver, jusqu’à 18-20 °C l’été. Nourriture à base de vers de terre. Les jeunes doivent être isolés des adultes, qui sont très voraces. Cette espèce est exclusivement terrestre en dehors de la période de reproduction (Wallays, com. pers.).




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 26 Jun 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.