AMPHIBIAWEB
Eurycea spelaea
Grotto Salamander, Ozark Blind Cave Salamander
Subgenus: Typhlotriton
family: Plethodontidae
subfamily: Hemidactyliinae

© 2006 Michael Graziano (1 of 20)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Least Concern (LC)
NatureServe Status Use NatureServe Explorer to see status.
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

   

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Eurycea (Typhlotriton) spelaea (Stejneger, 1893)
Typhlotriton

Type de l'ancien genre Typhlotriton, ce taxon comprendrait plusieurs espèces (3 selon Phillips et al., com. à Tulsa en mai 2014). La résurrection des anciens taxons Typhlotriton nereus Bishop, 1944 et Typhlotriton braggi Smith, 1968, tous deux décrits de l'Arkansas, au sud de l'aire, et qui diffèrent notamment de spelaea par le nombre de vertèbres, est attendue (Bonett & Chippindale, Phillips et al.). 13,5 cm. 17 sillons costaux en général (de 16 à 19 selon les formes). Adulte troglobie blanc rosacé à brun très clair avec des traces orangées sur la queue, les membres et les flancs inférieurs. Yeux atrophiés visibles sous la peau. Pas de branchies externes. Mâle en période de reproduction doté d’une glande hédonique circulaire à l’extrémité du menton et de cirri développés. Larve dotée d’yeux fonctionnels, mais beaucoup plus petits que chez les autres larves d’Eurycea épigées. Branchies présentes chez la larve, qui est brune, gris marron à brique avec des taches longitudinales jaunâtres ou des mouchetures noirâtres sur les flancs. Carène caudale supérieure haute. La réduction de l’œil et la fusion des paupières interviennent à la fin du stade larvaire.

* Plateaux de Salem et de Springfield de l’Ozark dans le sud du Missouri, l’extrême sud-est du Kansas et les parties adjacentes de l’Arkansas et de l’Oklahoma, dans les grottes près des ruisseaux. LC. Plusieurs zones protégées. Les larves vivent à l’extérieur des grottes, dans de petits ruisseaux à fond de gravier, mais également à l’intérieur, certaines pouvant atteindre 12 cm. 13 œufs en moyenne attachés sous les pierres et dans le gravier sous la surface de l’eau ou juste au-dessus de la surface. Pontes d’E. longicauda et lucifuga également présentes dans le même biotope. Adultes dans l’eau et au bord de l’eau, sur les pierres humides, se nourrissant dans les deux milieux, notamment de guano qui contient des restes d’insectes. L'ancien taxon T. nereus, décrit comme strictement néoténique, avec 18-19 sillons costaux contre 17- 18 pour spelaea et un nombre de dents prémaxillaires inférieur, habite surtout la partie orientale du Plateau de l'Ozark mais est également cité de plusieurs stations à l'ouest de l'aire, parfois en sympatrie avec spelaea. Selon Phillips et al., qui ont recensé 250 spécimens de 73 localités, les 3 clades (espèces) détectés au sein du taxon se répartissent comme suit : Est (nord Arkansas), Ouest (ouest de l'Arkansas et Oklahoma), Nord (Plateau de Salem dans le Missouri)

Les conditions de maintien en captivité sont proches de celles recommandées pour Proteus, mais en aménageant d’importantes zones émergées, et à des températures plus élevées (12 à 20°C). Nourriture : vers, insectes..


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Eurycea (Eurycea) spelaea (Stejneger, 1893)

Anciennement rangé dans le genre Typhlotriton, ce taxon contiendrait plusieurs espèces. Les populations occidentales sont plus allongées que les orientales, notamment, et la résurrection des anciens taxons Typhlotriton nereus (Bishop, 1944) et Typhlotriton braggi (Smith, 1968) est attendue (Bonett et al, 2004). 13,5 cm. 17 sillons costaux en général (entre 16 et 19). Adulte troglobie blanc rosacé à brun très clair avec des traces orangées sur la queue, les membres et les flancs inférieurs. Yeux atrophiés visibles sous la peau. Pas de branchies externes. Mâle en période de reproduction doté d’une glande hédonique circulaire à l’extrémité du menton et de cirri développés. Larve dotée d’yeux fonctionnels, bien que plus petits que chez les autres larves d’Eurycea épigées. Branchies présentes chez la larve, qui est brune, gris marron à brique avec des taches longitudinales jaunâtres ou des mouchetures noirâtres sur les flancs. Carène caudale supérieure haute. La réduction de l’œil et la fusion des paupières interviennent à la fin du stade larvaire. Plateaux de Salem et de Springfield de l’Ozark dans le sud du Missouri, l’extrême sud-est du Kansas et les parties adjacentes de l’Arkansas et de l’Oklahoma, dans les grottes près des ruisseaux. 112926 km2. LC. Plusieurs zones protégées. Les larves vivent à l’extérieur des grottes, dans de petits ruisseaux à fond de gravier, mais également à l’intérieur, certaines pouvant atteindre 12 cm. 13 œufs en moyenne attachés sous les pierres et dans le gravier sous la surface de l’eau ou juste au-dessus de la surface. Pontes d’E. longicauda et lucifuga également présentes dans le même biotope. Adultes dans l’eau et au bord de l’eau, sur les pierres humides, se nourrissant dans les deux milieux, notamment de guano qui contient des restes d’insectes.

Les conditions de maintien en captivité sont proches de celles recommandées pour Proteus, mais en aménageant d’importantes zones émergées. Nourriture: vers, insectes.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2018. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 23 Sep 2018.

AmphibiaWeb's policy on data use.