AMPHIBIAWEB
Eurycea bislineata
Northern Two-lined Salamander
Subgenus: Manculus
family: Plethodontidae
subfamily: Hemidactyliinae

© 2001 Joyce Gross (1 of 32)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Least Concern (LC)
NatureServe Status Use NatureServe Explorer to see status.
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

   

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Eurycea (Manculus) bislineata (Green, 1818)
Eurycée à deux bandes du Nord

Deux lignées divergentes (espèces), l'une dans le nord des Blue Ridge du centre de la Virginie, l'autre couvrant le reste de l'aire (Kozak et al.). Ce taxon au sens large comprend E. bislineata rivicola Mittleman, 1949, de l'est de l'aire, et E. bislineata major Trapido & Clausen, 1938, du sud du Québec, non reconnus ici. 12,1 cm. 15-16 sillons costaux. Queue comprimée, atteignant 55-60% de la longueur totale. Coloration dorsale jaune à brunâtre, parfois verdâtre, bronze ou orangée, devenant sombre avec l’âge. Deux bandes sombres bordent une large bande claire sur le dos, les bandes sombres s’interrompant souvent pour former des taches sur la queue. Petites taches fines noires sur la bande dorsale claire, se rejoignant parfois pour former une petite ligne noire au milieu du dos. Parties inférieures jaunes. Le mâle présente des cirri bien moins développés que chez E. cirrigera et wilderae. Glande hédonique à la base supérieure de la queue du mâle formant une bosse surtout visible pendant la période de reproduction. Tête du mâle plus large formée par la musculation des joues, les dents prémaxillaires dépassent sur les côtés. La larve (jusqu'à 1,4 cm de long à l'éclosion) est du type d'eau courante, est sombre dorsalement avec 6 à 9 taches dorsolatérales claires. Elle peut atteindre une grande taille à la métamorphose. Les larves se distinguent de celles des Desmognathes sympatriques par des branchies rouges plus grandes et plus fines et par un museau quadrangulaire (versus arrondi).

* Très commun, petits ruisseaux rocheux et leurs abords en milieu forestier, du sud du Québec, de chaque côté du Saint-Laurent, à la moitié nord de la Virginie et l’est de la Virginie Occidentale, vers l’ouest jusqu’en Ontario oriental et Ohio central. Populations isolées dans le sud du Labrador (Canada). LC. Très forte densité parfois (jusqu'à 11 individus au mètre carré). Se disperse dans les sous-bois par temps humide et sort la nuit par temps chaud. 50 à 70 œufs en moyenne (jusqu'à plus de 110) déposés de mai à juillet à la face inférieure des pierres dans le courant, la femelle se plaçant souvent à l'envers pour pondre. Plusieurs femelles pondent parfois sur le même site et restent près des oeufs. En l'absence de pierres, la ponte est déposée sur des supports tels que feuilles, branchages, morceaux d'écorces. Accouplement à l’automne. Le développement larvaire peut se prolonger deux ans, voire plus. Autotomie observée en cas d'attaque par un prédateur (serpent, musaraigne). Consommé par les Gyrinophiles notamment.

Un adulte branchifère observé en captivité chez l’auteur. Espèce très territoriale et potentiellement agressive, comme la majorité des Eurycées. Aquaterrarium de 80 x 30 cm minimum pour deux couples. Eau courante de faible profondeur sur des pierres enfoncées dans le gravier, ménageant des cavités pour la ponte. Partie terrestre humide de sous-bois avec de nombreuses écorces. Température abaissée à 5°C pendant trois mois l’hiver, entre 15 et 20°C le reste de l’année. Nourriture abondante à base d’insectes et vers, qui peuvent être consommés à terre comme dans l’eau. La longévité dépasse 10 ans. Observation de caresses d’un mâle avec son menton sur la nuque d’une femelle pleine d’ovocytes par 16°C dans l’eau, sous une pierre plate. Il arrive que les femelles non fécondées meurent sans avoir pu résorber les œufs qui emplissent tout le corps. Reproduit régulièrement par le Fug. AT+.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Eurycea (Eurycea) bislineata (Green, 1818)

12,1 cm. 15-16 sillons costaux. Queue compri­ mée, atteignant 55-60 % de la longueur totale. Coloration dorsale jaune à brunâtre, parfois verdâtre, bronze ou orangée, devenant sombre avec l’âge. Deux bandes sombres bordent une large bande claire sur le dos, les bandes sombres s’interrompant souvent pour former des taches sur la queue. Petites taches fines noires sur la bande claire, se rejoignant parfois pour former une petite ligne noire au milieu du dos. Parties inférieures jaunes. Le mâle présente des cirri bien moins développés que chez les espèces suivantes. Glande à la base supérieure de la queue du mâle formant une bosse surtout visible pendant la période de reproduction. Tête du mâle plus large formée par la musculation des joues, les dents prémaxillaires dépassent sur les côtés. Très commun, petits ruisseaux rocheux et leurs abords en milieu forestier, du sud du Québec à la moitié nord de la Virginie et l’est de la Virginie Occidentale, vers l’ouest jusqu’en Ontario oriental et Ohio central. Populations isolées dans le sud du Labrador (Canada). 1195 927 km2. LC. Se disperse dans les sous-bois par temps humide. 50 œufs en moyenne déposés en général à la face inférieure des pierres dans le courant, au printemps. Accouplement à l’automne. Le développement larvaire peut se prolonger deux ans, voire plus.

Un adulte branchifère observé en captivité chez l’auteur. Espèce territoriale et potentiellement agressive, comme la majorité des Eurycea. Aquaterrarium de 80 x 30 cm minimum pour deux couples. Eau courante de faible profondeur sur des pierres enfoncées dans le gravier, ménageant des cavités pour la ponte. Partie terrestre humide de sous-bois avec de nombreuses écorces. Température abaissée à 5°C pendant trois mois l’hiver, entre 15 et 18 °C le reste de l’année. Nourriture abondante à base d’insectes et vers, qui peuvent être consommés à terre comme dans l’eau. La longévité dépasse 10 ans. Consommé par les larves et adultes de Gyrinophilus. Observation de caresses d’un mâle avec son menton sur la nuque d’une femelle remplie d’ovocytes par 16 °C dans l’eau, sous une pierre plate. Il arrive que les femelles non fécondées meurent sans avoir pu résorber les œufs qui emplissent tout le corps. Reproduit régulièrement par le FUG.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2018. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 23 Jun 2018.

AmphibiaWeb's policy on data use.