AMPHIBIAWEB
Desmognathus monticola
Seal Salamander
Subgenus: Desmognathus
family: Plethodontidae
subfamily: Plethodontinae

© 2004 Henk Wallays (1 of 66)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Least Concern (LC)
NatureServe Status Use NatureServe Explorer to see status.
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

Country distribution from AmphibiaWeb's database: United States

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Desmognathus (Desmognathus) monticola Dunn, 1916
Desmognathe phoque

Au moins deux espèces sous ce taxon. 15 cm. 14 sillons costaux. Forme robuste. Queue arrondie sur son premier tiers, triangulaire sur les deux autres tiers, atteignant la moitié de la longueur totale. Taches licheniformes, vermiculées ou rondes à carrées, noirâtres à brun foncé sur fond plus clair sur les parties supérieures, les flancs supérieurs et les côtés de la queue, avec une nette séparation entre les colorations supérieure et inférieure. Parties ventrales blanches à blanchâtres, avec une très légère moucheture à peine visible. Une ligne de taches blanches entre les membres. Doigts et orteils cornés à leurs extrémités qui sont plus foncées. Quatre paires de taches arrondies marron à brun orange sur le dos des jeunes. Les dessins des parties supérieures sont nettement plus accusés chez les populations de l’ouest de l’aire, beaucoup moins dans l’est et le sud, où les adultes peuvent être presque uniformément gris à noirâtres. Le mâle est plus grand et a une tête plus large (comme chez la majorité des Desmognathus), avec une glande mentonnière peu visible. La différence de coloration entre les populations orientale et occidentale a été à l’origine de l’érection en sous-espèce des populations presque immaculées des Blue Ridge de Virginie, Desmognathus monticola jeffersoni Hoffman, 1951, abandonnée depuis, mais D. monticola contient plusieurs formes génétiquement différenciées. Selon Kozak et al., l’espèce est divisée en deux grands groupes, monticola A (Appalaches et Plateau appalachien) et monticola B (sud de l'Alabama), ce dernier formant un clade avec D. apalachicolae et une population de D. ocoee. Selon Beamer & Lamb (2008), les animaux du sud de l'Alabama montrent une introgression avec D. conanti.

* Dans et aux environs immédiats des ruisseaux frais et oxygénés des Appalaches du sud-ouest de la Pennsylvanie à l’Alabama central à travers l’ouest du Maryland, la Virginie Occidentale, l’ouest de la Virginie, l’est du Kentucky, l’est du Tennessee, le nord de la Géorgie, l’ouest de la Caroline du Nord et l’extrême ouest de la Caroline du Sud. Population isolée dans le sud de l’Alabama et l’extrême ouest de la Floride (plaine côtière, mais avec un certain relief), probablement une bonne espèce (monticola B). LC. Actif en plein jour dans les zones bien abritées, parfois perché sur les pierres, visible la nuit à la torche, lorsque les individus émergent de leurs terriers. Localement très abondant. Forme courante entre 1 200 et 1 400 m. Evite le cours principal du ruisseau en présence de D. quadramaculatus, pour se réfugier sur les bords. Longévité estimée jusqu'à 11 ans (in Warburg).

Aquaterrarium en eau courante sur fond de gravier et de roches, avec des écorces formant des abris sur la partie terrestre notamment pour le dépôt des œufs. Ponte découverte en captivité sous une petite écorce, gardée par la femelle près de l’eau. La femelle dérangée lors d’une observation a détruit les œufs. Seuls se sont développés quatre œufs qui avaient roulé hors de l’écorce. De 21 à 30 œufs par grappe. Neuf à 12 semaines de développement larvaire. Très territorial et agressif, le bac, notamment la partie terrestre située en bordure de l’eau, devant être de grande taille et pourvu de nombreux abris. Observation de jeux nuptiaux à terre (attouchements répétés du menton par petites saccades) sur une grosse souche surplombant l’eau. AT+.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Desmognathus monticola Dunn, 1916

15 cm. 14 sillons costaux. Forme robuste. Queue arrondie sur son premier tiers, triangulaire sur les deux autres tiers, atteignant la moitié de la longueur totale. Taches licheniformes, vermiculées ou rondes à carrées, noirâtres à brun foncé sur fond plus clair sur les parties supérieures, les flancs supérieurs et les côtés de la queue, avec une nette séparation entre les colorations supérieure et inférieure, qui est blanc pâle à blanche, avec une très légère moucheture peu visible. Une ligne de taches blanches entre les membres. Doigts et orteils cornés à leurs extrémités qui sont plus foncées. Les dessins des parties supérieures sont nettement plus accusés chez les populations de l’ouest de l’aire, beaucoup moins dans l’est et le sud, où les adultes peuvent être presque uniformément gris à noirâtres. Les mâles sont plus grands et ont une tête plus large (comme chez la majorité des Desmognathus), avec une glande mentonnière peu visible. La différence de coloration entre les populations orientale et occidentale a été à l’origine de l’érection en sous-espèce des populations presque immaculées des Blue Ridge de Virginie, Desmognathus monticola jeffersoni Hoffman, 1951, qui a été abandonnée, mais D.monticola contiendrait plusieurs formes génétiquement différenciées. Selon Kozak et al, l’espèce est divisée en deux grands groupes, D.monticola A (Appalaches et Plateau appalachien) et D. monticola B (Alabama), qui formerait un clade avec D. apalachicolae et un groupe de D. ocoee. Quatre paires de taches arrondies marron à brun orange sur le dos des jeunes. Dans et aux environs immédiats des ruisseaux frais et oxygé­ nés des Appalaches du sud-ouest de la Pennsylvanie à l’Alabama central à travers l’ouest du Maryland, la Virginie Occidentale, l’ouest de la Virginie, l’est du Kentucky, l’est du Tennessee, le nord de la Géorgie, l’ouest de la Caroline du Nord et l’extrême ouest de la Caroline du Sud (photo p.23). Population isolée dans le sud de l’Alabama et l’extrême ouest de la Floride (plaine côtière, mais avec un certain relief). 323911 km2. LC. Actif en plein jour dans les zones bien abritées, parfois perché sur les pierres, visible la nuit à la torche, lorsque les individus émergent de leurs terriers. Localement très abondant, comme observé dans un ruisseau du sud-est du Kentucky. Forme courante entre 1200 et 1 400 m. Evite le cours principal du ruisseau en présence de D. quadramaculatus, pour se réfugier sur les bords.

Aquaterrarium en eau courante sur fond de gravier et de roches, avec des souches formant abris sur la partie terrestre notamment pour le dépôt des œufs. Ponte découverte en captivité sous une petite écorce, gardée par la femelle près de l’eau. La femelle dérangée lors d’une observation a détruit les œufs. Seuls se sont développées quatre œufs qui avaient roulé hors de l’écorce. De 21 à 30 œufs par grappe. Neuf à 12 semaines de développement larvaire. Très territorial et agressif, le bac, notamment la partie terrestre située en bordure de l’eau, devant être de grande taille et pourvue de nombreux abris. Observation de jeux nuptiaux à terre (attouchements répétés du menton) sur une grosse souche surplombant l’eau.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 26 May 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.