AMPHIBIAWEB
Desmognathus fuscus
Northern Dusky Salamander
Subgenus: Desmognathus
family: Plethodontidae
subfamily: Plethodontinae

© 2010 Todd Pierson (1 of 46)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Least Concern (LC)
NatureServe Status Use NatureServe Explorer to see status.
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

Country distribution from AmphibiaWeb's database: Canada, United States

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Desmognathus (Desmognathus) fuscus (Rafinesque, 1820)
Desmognathe bistré du Nord

Taxon appelé à être subdivisé. Comprend plusieurs unités (4 à 5) parapatriques méritant le rang d'espèces (Karlin & Guttman, 1986, Kozak et al., 2005, Tilley et al., 2008). Jusqu'à 14 cm, en général 11-13 cm. 14 sillons costaux. Queue carénée, de forme triangulaire, latéralement comprimée sur son dernier tiers. Plusieurs types de coloration qui pourraient plus ou moins correspondre à plusieurs espèces. Dans le nord de la distribution, une bande dorsale claire, jaune à jaunâtre, jusqu’à la partie antérieure de la queue, généralement bordée d’un mince filet noir. Taches noires irrégulières sur cette bande. Flancs clairs tachetés de noir et parsemés de petites taches (mouchetures) blanches. Dans le centre des Blue Ridge (nord de la Caroline du Nord et est du Tennessee), présence souvent de grandes taches rougeâtres sur le dos, sans doute la forme de Sinking Creek (Tilley, com. pers.). Dans d'autres populations, notamment dans le nord, certains individus sont sombres dorsalement mais conservent les mouchetures blanches sur les flancs. Parties inférieures crème légèrement moucheté de gris ou brun, dessous de la queue souvent jaunâtre. Mâle plus grand que la femelle. Groupe polytypique et paraphylétique (impliquant D. carolinensis et auriculatus) et qui pourrait abriter jusqu'à cinq espèces cryptiques, lesquelles n'ont pas nécessairement de caractères morphologiques distinctifs, alors que des différences de caractères (notamment au niveau de la coloration) peuvent être présentes à l'intérieur des populations. Outre D. planiceps Newman, décrit du comté de Patrick en Virginie, un ancien synonyme de fuscus dont il se différencie notamment par la forme de la mandibule, il existe deux à trois grands clades, selon les auteurs. Deux pour Kozak et al. : 1/ D. fuscus 1 ou fuscus A, qui abrite certaines populations de Caroline du Nord, Caroline du Sud, piémont de Virginie et qui forme un clade avec D. carolinensis. 2/ D. fuscus 2 ou fuscus B, soit d’autres populations de Caroline du Nord, du piémont de Virginie et du bassin de la rivière Ohio qui forme un clade avec D. welteri et avec D. auriculatus 1 de la plaine côtière orientale. Trois pour Tilley et al. (allozymes et ADN mitochondrial) : 1/ De la Nouvelle-Angleterre (et sans doute le sud du Canada) au sud-ouest de la Virginie, un clade qui abrite lui-même plusieurs populations divergentes et qui correspond à D. fuscus stricto sensu. 2/ Blue Ridge du sud de la Virginie, un clade situé en bordure de D. planiceps et qui atteint Nei D = 0,27 de divergence génétique avec D. fuscus vrai. 3/ Brushy Mountains, dans le piémont du nord de la Caroline du Nord, clade proche au niveau moléculaire de D. carolinensis. Voir aussi D. carolinensis et auriculatus (clades C3, C4, C5 de Beamer & Lamb).

* Du sud du New Brunswick et sud du Québec au sud-est de l’Indiana, ouest du Kentucky, est du Tennessee et nord-est de la Géorgie, ainsi que dans les Carolines, où il est absent de la plaine côtière. Au Québec, cette espèce est devenue l'emblème du parc naturel de Yamaska, à quelque 150 km de Montréal. Entre également en contact dans les Carolines avec D. conanti, formant avec cette espèce des populations intermédiaires. Très abondant, surtout dans le sud de l’aire, dans et aux abords immédiats des petits ruisseaux de forêts, parfois directement dans le lit du ruisseau, souvent sous les pierres à moitié ensablées autour desquelles passe un mince filet d’eau. Huit à 12 semaines de développement larvaire. Au nord de l’aire, les animaux sont souvent dans les parties encombrées de détritus végétaux et branchages qui bordent les cours d’eau de forêt. Les jeunes ont tendance à s’isoler des adultes pour éviter la prédation et la concurrence alimentaire. Les animaux ondulent corps et queue l’un contre l’autre lors de l’accouplement (obs. pers.). De 13 à 33 œufs pondus en grappe suspendue dans des cavités formées de pierres ou souches humides généralement à 1 ou 2 m de l’eau, gardés par la femelle. Les larves fraîchement écloses se nourrissent du vitellus pendant environ une semaine, avant sa résorption, les larves devenant ensuite aquatiques. LC.

Aquaterrarium rocheux vers la partie aquatique, avec de nombreuses pierres plates superposées sur fond de sable ou gravier, et une partie terrestre recouverte de feuilles mortes et souches. Eau courante, même légèrement. La nourriture doit être abondante, et les jeunes et larves doivent être isolés des adultes. Température entre 5°C pendant plusieurs semaines l’hiver et 18°C l’été.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Desmognathus fuscus (Green 1818)

14,1 cm. 14 sillons costaux. Queue carénée, de forme triangulaire, latéralement comprimée sur son dernier tiers. Plusieurs colorations qui pourraient correspondre à plusieurs espèces (voir plus loin). Dans le nord de la distribution, une bande dorsale claire, jaune à jaunâtre, jusqu’à la partie antérieure de la queue, généralement bordée d’un mince filet noir. Taches noires irrégulières sur cette bande. Flancs clairs tachetés de noir et parsemés de petites taches (mouchetures) blanches. Dans les Appalaches sud, les populations sont souvent dotées de taches rougeâtres à rouges plus ou moins interrompues sur le dos. Certains individus deviennent complètement noirs en conservant les mouchetures blanches sur les flancs. Parties inférieures couleur crème, légèrement moucheté de gris ou brun, dessous de la queue souvent jaunâtre. Taille des mâles supérieure à celle des femelles. Très abondant, surtout dans le sud de l’aire, dans et aux abords immédiats des petits ruisseaux de forêts, parfois directement dans le lit du ruisseau, souvent sous les pierres à moitié ensablées autour desquelles passe un mince filet d’eau. Huit à 12 semaines de développement larvaire. Au nord de l’aire, les animaux sont souvent dans les parties encombrées de détritus végétaux et branchages qui bordent les cours d’eau de forêt. Les jeunes ont tendance à s’isoler des adultes pour éviter la prédation et la concurrence alimentaire. Du sud du New Brunswick et sud du Québec au sud-est de l’Indiana, ouest du Kentucky, est du Tennessee et nord-est de la Géorgie, ainsi que dans les Caroline, où elle est absente de la plaine côtière. Entre en contact dans les Caroline avec D. conanti, formant avec cette espèce des populations intermédiaires. Les animaux ondulent corps et queue l’un contre l’autre lors de l’accouplement (obs. pers.). De 13 à 33 œufs pondus en grappe suspendue dans des cavités formées de pierres ou souches humides généralement à 1 ou 2 m de l’eau, gardés par la femelle. Les larves fraîchement écloses se nourrissent du vitellus pendant environ une semaine, avant sa résorption, les larves devenant ensuite aquatiques.

Aquaterrarium rocheux vers sa partie aquatique, avec de nombreuses pierres plates superposées sur fond de sable ou gravier, et une partie terrestre recouverte de feuilles mortes et souches. Eau courante, même légèrement. La nourriture doit être abondante, et les jeunes et larves doivent être isolés des adultes. Température entre 5 °C pendant plusieurs semaines l’hiver et 18 °C l’été.

Espèce paraphylétique formée de deux grands groupes: 1/ Certaines populations de Caroline du Nord, Caroline du Sud, piémont de Virginie forment un clade avec D. carolinensis (D. fuscus 1 ou fuscus A Kozak). 2/ D’autres populations de Caroline du Nord, du piémont de Virginie et du bassin de la rivière Ohio forment un clade avec D. welteri et avec D. auriculatus 1 de la plaine côtière orientale (D. fuscus 2 ou fuscus B Kozak). Le taxon Desmognathus planiceps Newman, 1955, décrit du comté de Patrick en Virginie, longtemps placé en synonymie avec fuscus, dont il se différencie notamment par la forme de la mandibule, a été restauré récemment (Eriksen et al, 2006). 1524 467 km2. LC (D. conanti compris).




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2020. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 22 Jan 2020.

AmphibiaWeb's policy on data use.