AMPHIBIAWEB
Cynops ensicauda
Sword-tailed Newt, Shiriken Imori
Subgenus: Cynops
family: Salamandridae
subfamily: Pleurodelinae

© 2014 Dr. Joachim Nerz (1 of 1)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Endangered (EN)
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Cynops ensicauda ensicauda (Hallowell, 1860)
Cynops d'Amami

13 cm (M), 15,6 cm (F). Plus grande taille, tête plus large et parotoïdes moins protubérants que chez C. pyrrhogaster. Queue fortement comprimée en pointe obtuse, beaucoup plus longue chez la femelle que chez le mâle, qui est nettement plus petit que la femelle. Peau verruqueuse pendant le séjour à terre. Un reflet bleuâtre à nacré sur la queue du mâle en rut. Parties supérieures brun foncé à noires, avec souvent une bande dorso-latérale jaune variable de l’œil à l’aine. Parties inférieures jaunes à orangées, avec quelques taches foncées irrégulières. Le pigment jaune peut s’étendre sur les flancs et les pattes. Selon Hayashi & Matsui, 1988, l’isolement sexuel n’est pas plus important entre C. ensicauda et C. pyrrhogaster qu’au sein des différentes populations de l'ex-pyrrhogaster. La similitude de patron de coloration dorsale rapproche ensicauda des formes d'Atsumi et de Kanto. Une étude génétique fine entre les deux sous-espèces de C. ensicauda et les populations de pyrrhogaster de l'est de Honshu permettrait de statuer sur ces questions.

* Mares et ruisseaux dans les prairies et les zones forestières, fossés de bords de route, rizières, parfois dans les ruisseaux lents, et leurs abords. Iles d’Amami- Oshima, Kakeroma, Uke et Yoro (nord de l'archipel des Ryukyu, Japon). Menacé par la déforestation, le comblement des mares, l’introduction de poissons. Prélevé pour la médecine traditionnelle et pour le commerce terrariophile. Jusqu'à plusieurs centaines d'oeufs déposés par femelle par saison, parfois fixés par petites grappes, parfois en bordure immédiate de l'eau. Moins aquatique que le complexe pyrrhogaster. Maturité sexuelle à 2-3 ans.

Aquarium ou aquaterrarium, car il est parfois impossible d’éviter l’exondation. Abaissement de la température à 8-10°C pendant quelques semaines, 20°C le reste de l'année. L'aquarium doit être abondamment planté pour le dépôt des oeufs. Abondante nourriture. AT+.

– Cynops ensicauda popei (Inger, 1947)
Cynops d'Okinawa

Souvent de petites taches jaune crème ou vert pâle sur le dos sombre entre les bandes dorso-latérales jaunes. Taches très variables, le vert envahissant parfois tout le dos. Pas de bande bleuâtre sur les parties latérales de la queue du mâle en rut, contrairement à la forme nominative, un signe distinctif majeur entre les deux sous-espèces isolées depuis 1,5 MA environ, date de la séparation entre les îles d'Amami et d'Okinawa. L'absence de reflet bleuâtre chez le mâle a été également relevée chez la race d'Atsumi de C. pyrrhogaster.

* Iles d’Okinawa, Tokashiki, Sesoko, Hamahiga, Tonaki, Zamami, Geruma et Aka (sud de l'archipel des Ryukyu, Japon). Chute des populations de 75% en moins de 15 ans dans un site d’Okinawa. Prélevé en grand nombre pour le commerce terrariophile du fait de ses vives couleurs. Une étude complète a été publiée sur Internet sur cette forme par Johnson (Caudata.org, Magazine N1). Sparreboom a observé des milliers d’animaux à terre comme dans l’eau par temps pluvieux (Urodela Info N7, 1994).

La température de l’eau ne descend pas au-dessous de 15°C dans le milieu naturel, et cette forme a été observée en eau profonde à 28°C. Il est possible de l’élever toute l’année dans l’eau dans un aquarium abondamment planté. Un brusque changement de l’eau simulant des pluies déclenche la reproduction après un abaissement de la température à 12-15°C pendant plusieurs semaines. AT+.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Cynops ensicauda ensicauda

(Hallowell, 1860)

15,6 cm (F). Tête plus large et parotoïdes moins protubérants que chez Cynops pyrrhogaster. Queue fortement comprimée en pointe obtuse, beaucoup plus longue chez la femelle que chez le mâle qui est aussi plus petit. Peau verruqueuse pendant le séjour à terre. Pas de reflet bleuâtre sur la queue du mâle en rut. Parties supérieures brun foncé à noires, avec souvent une bande dorso-latérale jaune variable de l’œil à l’aine. Parties inférieures jaunes à orangées, avec quelques taches foncées irrégulières. Le jaune peut s’étendre sur les flancs et les pattes. Mares et ruisseaux dans les prairies et les zones forestières. Iles d’Amami, Kakeroma et Tokuno (Ryukyu, Japon). 2 043 km2 (sous-espèce comprise). EN. Menacé par la déforestation, le comblement des mares, l’introduction de poissons. Prélevé pour la médecine traditionnelle et pour le commerce terrariophile. Eaux stagnantes, rizières, fossés d’irrigation, mares et abords. œufs parfois fixés par petites grappes. Moins aquatique que Cynops pyrrhogaster. Maturité sexuelle à 2 à 3 ans.

Aquarium ou aquaterrarium, car il est parfois impossible d’éviter l’exondation. Abaissement de la température à 8-10 °C pendant plusieurs semaines. Doit être nourri abondamment.

Selon Hayashi et Matsui (1988), l’isolement sexuel n’est pas plus important entre C. ensicauda et C. pyrrhogaster qu’au sein de plusieurs populations de pyrrhogaster.

Cynops ensicauda popei (Inger, 1947)

Souvent de petites taches jaune crème ou vert pâle sur le dos entre les bandes dorso-latérales jaunes. Taches très variables, le vert envahissant parfois tout le dos. Iles d’Okinawa et Tokashiki (Ryukyu, Japon). Chute des populations de 75 % en moins de 15 ans à un site d’Okinawa. Un travail important a été publié sur Internet par Johnson sur cette forme (Caudata.org, Magazine N1). Sparreboom a observé des milliers d’animaux à terre comme dans l’eau par temps pluvieux (Urodela Info N7, 1994).

Prélevé abondamment pour la terrariophilie pour ses vives couleurs. La température de l’eau ne descend pas au- dessous de 15 °C dans le milieu naturel,et cette forme a été observée en eau profonde à 28 °C, mais elle supporte un abaissement de la température à 8 °C en captivité. Il est possible de l’élever toute l’année dans l’eau dans un aquarium abondamment planté. Un brusque changement de l’eau simulant des pluies déclenche la reproduction après un abaissement de la température pendant plusieurs semaines.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 25 May 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.