AMPHIBIAWEB
Ambystoma texanum
Small-Mouthed Salamander, Smallmouth Salamander
Subgenus: Linguaelapsus
family: Ambystomatidae

© 2006 Henk Wallays (1 of 41)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Least Concern (LC)
NatureServe Status Use NatureServe Explorer to see status.
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

Country distribution from AmphibiaWeb's database: Canada, United States

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Ambystoma (Linguaelapsus) texanum (Matthes, 1855)
Ambystome à petite bouche

19 cm. 15 sillons costaux en général. Tête très petite, museau arrondi. Parties dorsales gris brunâtre à gris noires recouvertes de taches et marques licheniformes gris clair particulièrement denses le long des flancs. Parties ventrales semblables, mais moins intensément tachetées de gris. Femelles légèrement plus grandes que les mâles, qui ont le cloaque turgescent au moment de la reproduction. Larves brunâtres à olive avec trois à six rangées de taches jaunâtres à verdâtres sur le dos. Jeune brunâtre, acquiert la coloration de l’adulte après quelques semaines, comme chez de nombreux Ambystoma. Les populations du Texas et de l’Oklahoma sont en général plus colorées.

* Généralement en forêts inondables de basse altitude, dans des mares d’altitude et des cours d’eau lents. De l’est de l’Ohio et l’ouest du Kentucky vers l’ouest jusqu’à l’est du Kansas et le sud de l’Iowa, vers le sud jusqu’à l’est du Texas atteignant le Golfe du Mexique, la Louisiane, le Mississippi et le nord-ouest de l’Alabama. Populations isolées dans le sud-est de l’Indiana, le sud de l’Ohio et l’ouest de la Virginie Occidentale. Se reproduit dans des habitats temporaires en général très peu profonds et dépourvus de poissons (mares de forêts, fossés, champs inondés, mares de prés, marécages), parfois dans des ruisseaux envasés. Migrations en masse lors de fortes pluies d’hiver ou de printemps, selon la latitude, entre janvier et mars. Des informations ont fait état d’amplexus pratiqués par le mâle, mais selon Petranka, cette espèce se limiterait à des danses nuptiales semblables à celles observées chez maculatum et les autres espèces du groupe. Œufs déposés soit isolément soit en petites grappes (4-19 œufs) sur l’herbe, les feuilles ou les débris végétaux, jusqu’à plus de 650 œufs par femelle. Deux à quatre mois de vie larvaire. Cette espèce partage souvent les lieux de ponte avec d’autres du genre (A. opacum, maculatum, talpoideum, laterale). A. texanum semble moins s’éloigner des zones de ponte que les autres espèces en dehors de la période de reproduction et vivre dans un substrat plus humide. Existence fouisseuse, les animaux sont peu visibles en captivité, sauf pendant la période de reproduction aquatique. LC. (voir A. kl. platineum pour les informations sur les hybrides unisexuels impliquant A. texanum).

Cette espèce affectionne les milieux humides. La partie aquatique de l'aquaterrarrium peut rester en eau toute l'année. La reproduction est déclenchée par un soudain apport d'eau fraîche inondant la partie terrestre à la sortie de l'hiver. Près de 20 ans enregistrés en captivité chez l'auteur. Nourriture: vers de terre. AT+.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Ambystoma texanum (Matthes, 1855)

19 cm. Très petite tête, museau arrondi. Parties dorsales gris brunâtre à gris noires recouvertes de taches et marques licheniformes gris clair particulièrement denses le long des flancs. Parties ventrales semblables, mais moins intensément tachetées de gris. Femelles légèrement plus grandes que les mâles, qui ont le cloaque turgescent au moment de la reproduction. Larves brunâtres à olive avec trois à six rangées de taches jaunâtres à verdâtres sur le dos. Jeune brunâtre, acquiert la coloration de l’adulte après quelques semaines, comme chez de nombreux Ambystoma. Les populations du Texas et de l’Oklahoma sont en général plus colorées. Généralement en forêts inondables de basse altitude, mares d’altitude et cours d’eau lents vers l’ouest. De l’est de l’Ohio et l’ouest du Kentucky vers l’ouest jusqu’à l’est du Kansas et le sud de l’Iowa, vers le sud jusqu’à l’est du Texas atteignant le Golfe du Mexique, la Louisiane, le Mississippi
et le nord-ouest de l’Alabama. Populations isolées dans le sud-est de l’Indiana, le sud de l’Ohio et l’ouest de la Virginie Occidentale. Se reproduit dans des habitats temporaires en général très peu profonds et dépour­ vus de poissons (mares de forêts, fossés, champs inondés, mares de prés, marécages), parfois dans des ruisseaux envasés. Migrations en masse lors de fortes pluies d’hiver ou de printemps, selon la latitude, entre janvier et mars. Des informations ont fait état d’amplexus pratiqués par le mâle, mais selon Petranka, cette espèce se limiterait à des danses nuptiales semblables à celles observées chez maculatum et les autres espèces du groupe. œufs déposés soit isolément soit en petites grappes (4-19 œufs) sur l’herbe, les feuilles ou les débris végétaux, jusqu’à plus de 650 œufs par femelle. Deux à quatre mois de vie larvaire. Cette espèce partage souvent les lieux de ponte avec d’autres (A. opacum, maculatum, talpoideum, laterale). A. texanum semble moins s’éloigner des zones de ponte que les autres espèces du genre en dehors de la période de reproduction et vivre dans un substrat plus humide. Existence fouisseuse, les animaux ne sont presque jamais visibles en captivité, sauf pendant la période de reproduction aquatique. 1389097 km2. LC. Populations d’unisexuels d’origine hybride avec A. laterale fréquentes dans le nord-ouest de l’Ohio, le sud-est du Michigan, ainsi qu’à Pelee Island, Kellys Island (ex A. nothagenes) et Bass Islands, sur le lac Erie (Ohio et Ontario). La plupart des individus sont diploïdes (LT) ou triploïdes (LLT, LTT) mais certain sont tétraploïdes (LLLT, LLTT, LTTT). Les tétraploïdes ont des œufs plus gros et moins nombreux que les triploïdes. Les mâles d’A.laterale pourchassent activement les femelles LLT, et ces dernières répondent positivement. La reproduction a lieu dans des mares à sol argileux en général entre fin février et la mi-avril. Les œufs sont attachés isolément. Le taux de survie des larves est très bas (Petranka). Le statut taxonomique des unisexuels devrait être précisé pour lancer un programme efficace de conservation de ces populations à l’aire très réduite.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 17 Jun 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.