AMPHIBIAWEB
Ambystoma californiense
California Tiger Salamander
Subgenus: Heterotriton
family: Ambystomatidae

© 2010 Rob Schell (1 of 123)


 [see video here]

Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Vulnerable (VU)
NatureServe Status Use NatureServe Explorer to see status.
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status Threatened
Regional Status Threatened

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

   

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Ambystoma (Heterotriton) californiense Gray, 1853
Ambystome tigre de Californie

Taxon isolé. Groupe 1 de Highton. 22 cm. 12 sillons costaux en général. Deux populations génétiques. Aspect trapu, museau large et arrondi, œil petit mais protubérant, iris noir, mâles plus fins que les femelles qui ont une queue moins longue et moins comprimée, cloaque turgescent chez le mâle en période de reproduction (un trait commun à tout le groupe et au genre en général). Noir avec de grandes marques jaune citron à crème concentrées surtout le long des flancs. Parties ventrales en général grises, avec parfois de petites taches blanches ou jaunes. Larve grise jaunâtre, tête large et aplatie, branchies larges.

* Prairies dans la vallée centrale et sur le piémont de la chaîne côtière intérieure de Californie, des régions de Sonoma, Petaluma et de la zone frontalière entre les comtés de Colusa et Yolo vers le sud jusqu’aux mares temporaires du comté de Tulare. Le long de la chaîne côtière vers le sud jusqu’aux mares du bassin de Santa Ynez, dans le comté de Santa Barbara. De 0 à 1 054 m. La population du comté de Santa Barbara, différente génétiquement des autres, est aussi géographiquement isolée. La moitié des 14 stations de ce comté ont disparu ou sont sévèrement dégradées. De nombreuses populations vivent dans des mares de ranchs privés. Les adultes terrestres se réfugient souvent dans les terriers de rongeurs avec lesquels cette espèce semble avoir une relation commensale. Reproduction en général de décembre à mars, après les pluies automnales qui remplissent les mares. Les œufs sont déposés par petites grappes de 2 à 4 ou isolément. La métamorphose intervient après environ 10 semaines, en général pendant la saison sèche l’été, à une taille de 4,7 à 5,8 cm. Début de fragmentation de l’habitat, et menaces liées à l’introduction de poissons (mosquito fish) pour lutter contre les moustiques, et celle d'Ambystoma mavortium par des pêcheurs, cette dernière espèce ayant tendance à supplanter californiense après hybridation. Le milieu originel consiste en prairies et forêts de chênes clairsemées, mais les trois quarts des populations auraient déjà disparu. Une bataille juridique a longtemps opposé les environnementalistes, qui souhaitent la protection intégrale de l’espèce, et les autorités locales opposés à cette mesure contraignante pour les propriétaires de ranchs, où elle vit majoritairement. Certains font toutefois valoir l’impact positif représenté par les mares utilisées pour le bétail dans de nombreux ranchs. VU. Redécouvert dans la péninsule de San Francisco (Laguna Lake, Stanford University).

Reproduit en captivité par Mario Riedling (Allemagne). Les larves, dont le développement est ralenti à 11-13°C (4 mois pour atteindre 4 cm à ces températures), doivent être élevées à des températures supérieures à 15°C. Cas de noyade au moment de l'exondation. Les juvéniles comme les adultes doivent être maintenus au sec, car ils sont sensibles aux infections bactériennes. AT-.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Ambystoma californiense Gray, 1853

Ce taxon isolé serait ancestral pour le groupe. Groupe 1 de Highton. 22 cm. Deux populations génétiques. Aspect trapu, museau large et arrondi, œil petit mais protubérant, iris noir, mâles plus fins que les femelles qui ont une queue moins longue et moins comprimée, cloaque turgescent chez le mâle en période de reproduction (un trait commun à tout le groupe et au genre en général). Noire avec de grandes marques jaune citron à crème concentrées surtout le long des flancs. Parties ventrales en général grises, avec parfois de petites taches blanches ou jaunes. Prairies dans la vallée centrale et sur le piémont de la chaîne côtière intérieure de Californie, des régions de Sonoma, Petaluma et de la zone frontalière entre les comtés de Colusa et Yolo vers le sud jusqu’aux mares temporaires du comté de Tulare. Le long de la chaîne côtière vers le sud jusqu’aux mares du bassin de Santa Ynez, dans le comté de Santa Barbara. De 0 à 1054m. La population du comté de Santa Barbara, différente génétiquement des autres, est aussi géographiquement isolée. La moitié des 14 stations de ce comté ont disparu ou sont sévèrement dégradées. De nombreuses populations vivent dans des mares de ranchs privés. Les adultes terrestres se réfugient souvent dans les terriers de rongeurs avec lesquels cette espèce semble avoir une relation commensale. Reproduction en général de décembre à mars, après les pluies automnales qui remplissent les mares. Les œufs sont déposés par petites grappes de 2 à 4 ou isolément. La métamorphose intervient après environ 10 semaines, en général pendant la saison sèche l’été. Début de fragmentation de l’habitat, et menaces liées à l’introduction de poissons (mosquito fish) pour lutter contre les moustiques. Le milieu originel consiste en prairies et forêts de chênes clairsemées, mais les trois quarts des populations auraient déjà disparu. Une bataille juridique a longtemps opposé les environnementalistes, qui souhaitent la protection intégrale de l’espèce, et les autorités locales opposés à cette mesure contraignante pour les propriétaires de ranchs, où vit majoritairement cette forme. Certains font toutefois valoir l’impact positif représenté par les mares utilisées pour le bétail dans de nombreux ranchs. 42 603 km2. VU. Redécouverte dans la péninsule de San Francisco (Laguna Lake, Stanford University).




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2018. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 18 Sep 2018.

AmphibiaWeb's policy on data use.