AMPHIBIAWEB
Bolitoglossa paraensis

Subgenus: Eladinea
family: Plethodontidae
subfamily: Hemidactyliinae
 
Species Description: Unterstein, W. 1930. Beschreibung zweier neuer Molche der Gattung Oedipus. Zoologischer Anzeiger 87: 270–272.

© 2008 Selvino Neckel (1 of 10)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Data Deficient (DD)
CITES
Other International Status None
National Status None
Regional Status None

Country distribution from AmphibiaWeb's database: Brazil

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Bolitoglossa (Eladinea) paraensis (Unterstein, 1930)
Bolitoglosse du Para

Taxon restauré par Parra-Olea et al., 2004, correspondant à trois anciennes populations de B. altamazonica de l'est du Brésil qui abritait historiquement un complexe d’espèces de l'Amazonie brésilienne, plus éloigné de B. altamazonica qu'admis jusqu'ici (Acevedo et al., 2013). Brcko et al. ont clarifié la situation pour cet ensemble réparti sur une immense zone, avec la description de trois nouvelles espèces et une redéfinition de B. paraensis. Il reste toutefois une très large zone au sud du fleuve Amazone comprise entre l'est du Para et la frontière péruvienne où vivent des populations non décrites formellement regroupées provisoirement dans un ensemble Bolitoglossa sp., notamment le long des Rios Jurua et Ituxi. B. paraensis est désormais restreint à l'est du Para. Bolitoglossa estheri Miranda-Ribeiro, 1937, d’Utinga, près de Belém, dont les types sont quatre spécimens tout juste éclos, a été placé en synonymie avec paraensis. Bolitoglossa paraensis est une espèce fine, de taille modérée pour le groupe. 4,2 cm SVL (M), 4,8 cm SVL (F) (9,5 cm). 12-34 dents sur les maxillaires (M), 12-41 (F). Tête aplatie, très légèrement plus large que le cou, oeil proéminent, museau court, légèrement arrondi ou tronqué, protubérances nasolabiales moyennement développées, glande mentonnière ovale chez le mâle, membres courts et fins, doigts et orteils intégralement palmés, seules les extrémités des 3e doigt et orteil étant visibles, queue modérément longue pour le groupe. Parties dorsales gris sombre à brun rougeâtre, uniformes ou avec des marbrures et une bande dorsale plus claire ou plus sombre que la couleur de fond. Parties ventrales toujours plus claires que les parties dorsales, grises à brun clair, souvent mouchetées de blanc. Généralement une marque brun foncé entre les yeux en forme de triangle dirigé vers l'arrière, un caractère commun à la plupart des espèces brésiliennes. Museau blanc crème chez la majorité des individus, parfois des taches crème sur les parties nasolabiales, taches blanches parfois sur les membres, les flancs et les parties caudales latérales. Oeil jaune or pâle. De 8 à 14 oeufs.

* Parties orientales de l'Etat du Para (Brésil), à l'ouest depuis le fleuve Para et plusieurs localités situées de chaque côté du fleuve Guama, tous deux des affluents du sud de l'Amazone, vers l'est jusqu'aux environs de l'Atlantique et la frontière avec l'Etat de Maranhao, dans les municipalités de Barcarena, Belém, Bragança, Benevides, Canindé, Moju, Ourém, Primavera, Santa Barbara do Para, Santa Isabel do Para et Tailandia. Entre 10 et 40 m sur les feuilles, de 0,30 à 2,60 m de hauteur, ou dans les feuilles à terre, en forêt primaire, secondaire ou inondable ou en bordure de monocultures de palmier à huile, cacao et Passiflora edulis. Souvent sur la face supérieure de larges feuilles. Abondant de décembre à mars (104 individus observés en huit jours de sorties nocturnes à Santa Barbara do Para, dans le parc écologique de Gunma, Neckel- Oliveira et al., 2011). Menacé par la déforestation. Considéré comme VU au Para. La station de Canindé, près de la rivière Gurupi, est située à 230 km au sud-est de Belem, à l'extrémité du bassin amazonien, et Ourém et Bragança se situent à 150 et 170 km de la localité-type. Un juvénile, nommé provisoirement Bolitoglossa cf. paraensis, a été découvert en 2006 dans la Serra do Tumucumaque (Mts Tumuc Humac), Etat d'Amapa, au nord de l'Amazone, dans la région des Guyanes, non loin de la frontière avec la Guyane française, jetant un regard nouveau sur la distribution du genre Bolitoglossa, pour le moment inconnu de ce département (Lescure & Marty, 2000).


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Bolitoglossa (Eladinea) paraensis (Unterstein, 1930)

Ce taxon restauré par Parra-Olea et al (2004) correspond à trois anciennes populations de B. altamazonica du Brésil, et abrite un complexe d’espèces appelé à être réexaminé en détail. Bolitoglossa estheri Miranda-Ribeiro, 1937, d’Utinga, près de Belém do Para, dont les types sont des spécimens tout juste éclos, a été placé en synonymie avec paraensis mais pourrait être appelé à être restauré. Doigts et orteils presque intégralement palmés. LC. Sur la végétation basse des forêts tropicales de basse altitude. Menacée par la déforestation.


ENGLISH TRANSLATION - Julian Wittische, December 2011

This taxon, restored by Parra-Olea et. al (2004) corresponds to three former populations of B. altamazonica from Brazil, and includes a complex of species, which should be examined in detail. Bolitglossa estheri, observed by Miranda-Ribeiro, 1937, of Utinga, near de Belém do Para, whose types are just hatched specimens, has been placed in synonymy with B. paraensis but may be restored. Fingers and toes are almost entirely webbed.

Habitat & Range: B. paraensis is found on the low vegetation in tropical forests of low altitude.

Conservation: Its status is considered Endangered. The species is threatened by deforestation.



Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 25 Mar 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.