AMPHIBIAWEB
Neurergus derjugini
Kurdistan Newt
Subgenus: Neurergus
family: Salamandridae
subfamily: Pleurodelinae

© 2012 Barbod Safaei (1 of 26)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Critically Endangered (CR)
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status Protected in Iran
Regional Status None

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Neurergus (Neurergus) derjugini derjugini (Nesterov, 1916)
Neurergue du Kurdistan

15 cm. Correspond à l'ancien Rhithrotriton derjugini Forma typica décrit par Nesterov et restauré par Schneider & Schneider (2010), ces auteurs ayant placé l'autre forme, la var. microspilotus Nesterov au rang de sous-espèce. Auparavant, seul microspilotus était reconnu pour les deux formes, ce que continuent à privilégier Al-Sheikhly et al., 2013. Rastegar-Pouyani et al., 2005, avaient également relevé la présence de populations différentes sous le taxon microspilotus. Chez cette espèce et la sous-espèce suivante, les pattes appliquées contre le tronc se recouvrent largement. Les mâles ne développent pas de bande bleuâtre pendant la période de reproduction (Sparreboom et al., 2000). Cloaque du mâle doté d'une fente et renflé pendant la période de reproduction, conique chez la femelle, terminé par un orifice atteignant 3 mm pendant cette période. Taches jaune sur fond noir, moins nombreuses (60 en moyenne), plus grandes et de forme plus allongée que chez N. d. microspilotus. Parties inférieures rouge carmin. Gorge et parties inférieures des membres souvent tachetées de noir.

* Nord-est de l'Irak et sans doute Iran limitrophe, dans l'ouest des Mts Zagros. Décrit de Siyah Guvez (Siya Goz) dans les Mts Surkev (Kurdistan), à la frontière irako-iranienne. Historiquement distribué sur une aire longtemps considérée comme très réduite dans un triangle compris entre Siya Goz à l'ouest, Awdalan à l'est et Penjwin et ses environs au sud, mais Al-Sheikhly et al. ont rapporté de nouvelles stations en Irak élargissant nettement l'aire vers le nord le long de la frontière avec l'Iran (Mawat, Hero, Halsho, Qara, dans les districts de Halabja et Pshdar, nord de la province de Sulaymaniyah), qui rapproche cette forme de N. crocatus. Petits ruisseaux de 1 000 à 1 400 m, où l'eau atteint de 13 à 16°C pendant la période d'activité au printemps. Les oeufs sont pondus isolément ou en grappes sous les pierres (moins de 100). Salamandra semenovi présente localement.

- Neurergus (Neurergus) derjugini microspilotus (Nesterov, 1916)
Neurergue d'Avroman

Synonyme de N. derjugini pour Hendrix et al. (2014) bien que les deux taxons diffèrent au niveau des gènes nucléaires et par la morphologie. 16,2 cm. Cette forme très localisée, située au sud de la sous-espèce nominative, est légèrement plus grande, notamment les femelles, et s'en distingue surtout par le nombre et la forme des taches dorsales jaunes qui sont plus petites, de forme arrondie, et plus nombreuses (120 en moyenne). La teinte de fond des parties dorsales est brun noir, plus claire que chez N. d. derjugini. Deux taches rouge orangé sur les paratoïdes souvent présentes. Parties inférieures rouge carmin. Gorge et parties inférieures des membres souvent tachetées de sombre.

* Quelques ruisseaux (6 à 8) à fond rocheux et de gravier entrecoupés de chutes d'eau (données 2012) entre 1 100 et 1 800 m dans les Mts Avroman (Avroman Dagh), Kurdistan, et province iranienne de Kermanshah, dans une petite zone frontalière entre l’Irak et l'Iran, au sud de la forme nominative (Sharifi & Assadian, 2004, Rastegar-Pouyani, 2006, Schneider & Schneider, 2010). L'aire est très réduite. Connu en Irak de Balcha (Balkha) et Tawale (Cham-I Dezavar) et en Iran des environs de Paweh, Dorisan, Shamshir, Ghorigaleh et Kavat. Population encore robuste à Kavat. La densité est faible (16 animaux aperçus sur 800 m le long d'un cours d'eau). Quitte ses quartiers d'hiver pour les ruisseaux de fin janvier à début mars. La température de l'eau est de 14°C au moment de l'activité sexuelle au printemps. Une centaine d'oeufs pondus isolément ou en grappes sur les pierres ou dans la végétation dans le courant, en mai. La région entourant les ruisseaux où vit cette espèce est un canyon sec recouvert de quelques chênes. Les Mts Zagros en Iran ont connu une sécheresse importante au début de ce siècle, tandis que l'eau de nombreux cours d'eau de la zone est détournée pour l'irrigation. Cette forme a été aperçue au marché de Téhéran à destination du commerce terrariophile. L'UICN recommande le lancement d'élevages ex situ et le placement de cette forme, certainement plus menacée que N. kaiseri, sur la Convention de Washington. CR.

Maintenu en captivité et élevé jusqu'à la 2e génération par Schultschik (2007), qui n'a toutefois pas réussi à élever les jeunes en F2, ainsi que par Steinfartz. Très aquatique. Fuit la lumière. AT-.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Neurergus microspilotus (Nesterov, 1916)

15 cm. Taches jaunes des parties supérieures petites et nombreuses. Parties inférieures rouge carmin. Les pattes appliquées contre le tronc se recouvrent largement. Les mâles ne développent pas de bande bleuâtre pendant la période de reproduction (Sparreboom et al, 2000). Petits ruisseaux entre 1 300 et 1 400 m dans les Mts Avroman, à la frontière entre l’Irak, la Turquie et l’Iran. Il doit être confirmé d’Irak et de Turquie. Monts Zagros (Iran). Décrit d’Avroman Dagh (Kurdistan irakien, à l’est de Kirkouk), il est connu aussi de quatre autres localités: 30 km au sud de la localité-type, près de Paweh, 8 km à l’est de Paweh, 25 km au sud-est de Paweh et près de la frontière irako-iranienne. Les différentes populations de cette espèce montrent un certain degré de divergence (Rastegar-Pouyani et al, 2005). 8 366 km2. VU. Les Mts Zagros en Iran ont connu une sécheresse importante au début de ce siècle, et plusieurs populations ont disparu. Il a été aperçu au marché de Téhéran à destination du commerce terrariophile. La région entourant les ruisseaux où vit cette espèce est un canyon sec recouvert de quelques chênes.

Cette espèce a été maintenue en captivité par Schultschik et Steinfartz.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 9 Dec 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.