AMPHIBIAWEB
Lissotriton boscai
Bosca's newt, Spanischer wassermolch, boscas wassermolch, tritón ibérico, tritón de Boscá, tritão-de-la-ventre-laranja, Boscas vandsalamander, hispaania vesilik, triton de Bosca, tritone di Boscá, spaanse watersalamander, espanjanvesilisko, spansk vattens
Subgenus: Meinus
family: Salamandridae
subfamily: Pleurodelinae

© 2006 Henk Wallays (1 of 48)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Least Concern (LC)
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status Protected by law in Spain.
Regional Status None

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Lissotriton (Meinus) boscai (Lataste, 1879)
Triton de Bosca

Plusieurs groupes génétiques, dont l'un très différencié est distribué en Espagne centrale, non loin de Madrid. 10 cm (F). Mâle nettement plus petit. Parotoïdes distinctes. Corps élancé à tronc subquadrangulaire à arrondi chez le mâle, arrondi chez la femelle. Queue basse, plus longue que le reste du corps, pourvue de carènes très basses, un peu plus hautes chez le mâle. Tranche caudale inférieure orange dotée de taches noires chez le mâle, sans taches chez la femelle. Extrémité de la queue du mâle souvent blanchâtre avec un court filament parfois. Parties supérieures jaune brun chez le mâle, plus foncées chez la femelle. Parties ventrales orange jaune à orange vif avec parfois des taches noires formant une rangée longitudinale sur chaque côté du ventre. Pas de crête sur le dos du mâle, ni de palmures aux orteils. Mamelon cloacal du mâle arrondi, de forme conique et dirigée vers l'arrière chez la femelle (un caractère que l'on retrouve chez les Euproctes et Calotritons, à un degré plus prononcé).

* Partie occidentale de la péninsule Ibérique. Très aquatique. Petits ruisseaux à eau claire et fraîche de régions accidentées, fossés, petites mares et fontaines, mares de fermes. NT, du fait de la disparition de l’habitat (déclin de près de 30% en 10 ans). De 0 à 1 870 m (en général entre 400 et 1 000 m), iridovirus enregistré dans une population d’un lac par introduction de poissons (Lepomis gibbosus). Ponte de 100 à 240 œufs par saison, de janvier à avril. Néoténie connue. Les animaux de la région de La Vera, dans la vallée du Tietar (Monts Gredos), en Espagne centrale, sont divergents selon des études portant sur les chromosomes (Herrero, 1991). Les hybrides entre cette population, qui a atteint au moins le rang subspécifique, et celles du reste de l'aire, montrent une fertilité réduite.

Le dépôt des oeufs a lieu sur une longue période (3-4 mois, obs. pers.) Peut rester en aquarium toute l’année, dont deux à trois mois à 8-10°C. Les jeunes sont élevés à terre, mais peuvent redevenir aquatiques avant un an, à une taille de 2,5-3 cm. L'eau doit être claire et pure et abriter une importante végétation et quelques feuilles mortes pour le dépôt des oeufs, qui sont consommés par les adultes. Très vorace au stade aquatique, la nourriture ne devant pas manquer. AT-.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Lissotriton boscai (Lataste, 1879)

10 cm (F). Mâle beaucoup plus petit. Queue plus basse que le reste du corps, avec la tranche inférieure orange dotée de taches noires chez le mâle, sans taches chez la femelle. Extrémité de la queue du mâle souvent blanchâtre avec un court filament parfois. Parties supérieures jaune brun chez le mâle, plus foncées chez la femelle. Parties ventrales orange jaune à orange vif avec parfois des taches noires formant une rangée longitudinale sur chaque côté du ventre. Pas de crête sur le dos du mâle. Mamelon cloacal du mâle arrondi, conique chez la femelle. Partie occidentale de la péninsule ibérique. Très aquatique. Petits ruisseaux à eau claire et fraîche de régions accidentées, fossés, petites mares et fontaines, mares de fermes. 226 805 km2. NT, du fait de la disparition de l’habitat (déclin de près de 30 % en 10 ans). De 0 à 1 870 m (en général entre 400 et 1 000 m), maladies enregistrées dans une population d’un lac (iridovirus) par introduction de poissons (Lepomis gibbosus). Ponte de 100 à 240 œufs par saison, de janvier à avril. Néoténie connue.

Peut rester en aquarium toute l’année, dont deux à trois mois à 8-10 °C. Les jeunes sont élevés à terre, mais peuvent redevenir aquatiques avant un an, à une taille de 2,5-3 cm.

Une population de L. boscai du sud du Portugal qui se différencie de l’espèce-type notamment par des caractères moléculaires a été décrite des environs de Monchique, dans l’Algarve sous le nom de Triton Maltzani en 1879, puis placée en synonymie avec Triturus boscai. Elle pourrait être appelée à être relevée au rang spécifique (Montori et al, 2005) et prendre alors le nom Lissotriton maltzani (Boettger, 1879).




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 5 Dec 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.