AMPHIBIAWEB
Calotriton arnoldi
Montseny brook Newt, Trito del Montseny, Triton del Montseny
family: Salamandridae
subfamily: Pleurodelinae
 
Species Description: Carranza S, Amat F 2005 Taxonomy, biogeography and evolution of Euproctus (Amphibia: Salamandridae), with resurrection of the genus Calotriton and description of a new endemic species from the Iberian peninsula. Zool J Linn Soc 145:555-582.

© 2016 Dr. Joachim Nerz (1 of 17)
Conservation Status (definitions)
IUCN (Red List) Status Critically Endangered (CR)
CITES No CITES Listing
Other International Status None
National Status None
Regional Status CA

   

 

View distribution map using BerkeleyMapper.

bookcover Excerpts from Les Urodèles du Monde, 1st and 2nd editions and more recent updates, by Jean Raffaëlli (©2007, ©2014 by Jean Raffaëlli), used with permission. The 2nd edition of this book is available directly from the author: jean.raffaelli@laposte.net and from this website.

Author: Jean Raffaëlli

Calotriton arnoldi Carranza & Amat, 2005
Calotriton de Montseny

Deux espèces (ou sous-espèces) cryptiques sous ce taxon (ESU, voir Salamandra almanzoris). L'un des Urodèles les plus menacés de la faune européenne (Valbuena- Urena et al.). 10,2 cm. Diffère notamment de C. asper, dont il se serait séparé il y a 1,1 MA et est distant de moins de 25 km, par une peau plus lisse adaptée à un mode de vie intégralement aquatique, les tubercules dorsaux plus petits et moins nombreux, une taille plus faible, la coloration et une très forte réduction des poumons. Parties dorsales brun chocolat immaculé (forme de l'ouest de l'aire) ou avec des marques or à argentées sur les parties dorsales, les flancs et les côtés de la queue (forme de l'est), parfois une très fine bande brun orangée sur la queue, s’étendant chez certains exemplaires sur le dos, extrémités des doigts et orteils brun noir. La forme immaculée de l'ouest présente en général une tache blanche sur le museau, absente chez celle de l'est. La ligne vertébrale jaune commune chez C. asper est absente. Parties ventrales brun ocre avec des marques sombres. Cloaque de la femelle cylindrique, relativement étroit et à l’extrémité rouge orangée.

* Les animaux dégagent un liquide blanchâtre odorant quand ils sont manipulés, celui dégagé par C. asper étant moins accentué et l'odeur moins prononcée. Très aquatique, beaucoup plus qu'asper. Sept populations (quatre pour la forme occidentale, trois pour l'orientale), dans de petits cours d’eau à fort débit, entre 600 et 1 200 m, en forêts de hêtres et de chênes, à l’intérieur du parc naturel d’El Montseny, dans le massif du même nom, en Catalogne (nord-est de l’Espagne), sur environ 20 km2. Les deux formes sont séparées par la vallée de la rivière Tordera, inhospitalière. Très menacé par la construction de routes, la déforestation et l'extraction de l'eau. Doit être impérativement protégé. De 1.000 à 1.500 adultes. CR.

Deux à trois couples peuvent être logés dans un bac de 1 x 0,50 x 0,30 m, avec fond de gravier et des pierres formant des abris, une pompe pulsant l’eau et par des températures de 6,8°C l’hiver, 10, 12°C au printemps et à l’automne, 15, 18°C l’été. La ponte peut avoir lieu deux fois par an, au printemps et à l’automne. La femelle pond une vingtaine d’œufs au maximum isolément entre les pierres, comme chez l’espèce précédente (anonyme). AT-.


From Les Urodèles du Monde, 1e edition, 2007:

Calotriton arnoldi Carranza et Amat, 2005

10,2 cm. Diffère notamment de l’espèce précédente, dont elle se serait séparée il y a 1,1 MA, par une peau plus lisse, les tubercules dorsaux étant plus petits et moins nombreux, et par une taille plus faible. Parties dorsales brun chocolat, parfois avec des marques or à argentées sur les flancs, parfois une très fine bande brun orangée sur la queue, s’étendant chez certains exemplaires sur le dos, extrémités des doigts et orteils brun noir. La ligne vertébrale jaune commune chez l’autre espèce est absente. Parties ventrales brun ocre avec des marques sombres. Cloaque de la femelle cylindrique, relativement étroit et à l’extrémité rouge orangée. Les animaux dégagent un liquide blanchâtre odorant quand ils sont manipulés, celui dégagé par l’autre espèce étant moins accentué et moins odorant. Présent dans cinq petits cours d’eau à fort débit, entre 600 et 1200 m, en forêts de hêtres et de chênes, à l’intérieur du parc naturel d’El Montseny, dans le massif du même nom, en Catalogne (nord-est de l’Espagne). Cette espèce est très menacée et doit être impérativement protégée.

Quelques indications sur le maintien en captivité (anonyme). Deux à trois couples peuvent être logés dans un bac de 1 x 0,50 x 0,30 m, avec fond de gravier et des pierres formant des abris, une pompe pulsant l'eau et par des températures de 6,8 °C l'hiver, 10, 12 °C au printemps et à l'automne, 15, 18 °C l'été. La ponte peut avoir lieu deux fois par an, au printemps et à l'automne. La femelle pond une vingtaine d'œufs au maximum isolément entre les pierres, comme chez l'espèce précédente.




Feedback or comments about this page.

 

Citation: AmphibiaWeb. 2019. <http://amphibiaweb.org> University of California, Berkeley, CA, USA. Accessed 6 Dec 2019.

AmphibiaWeb's policy on data use.